[Berlinale] « Genius » : le double-biopic de Wolfe/Perkins manque de génie

17 février 2016 Par Elie Petit | 0 commentaires

Le double biopic sur l’écrivain américain Thomas Wolfe et son éditeur Max Perkins signé Michael Grandage et réunissant à l’écran sans doute le casting le plus hollywoodien de la sélection officielle de la Berlinale ne marquera sans doute pas les esprits.

Note de la rédaction :

Max Perkins (Colin Firth), éditeur respecté du New York des années 20, a déjà derrière lui une grande carrière – le public lui doit de lui avoir fait connaître d’aussi grands noms que Francis Scott Fitzgerald ou Ernest Hemingway – lorsqu’arrive sur son bureau un manuscrit de plus de 1 000 pages. Son auteur : Thomas Wolfe (Jude Law), un sombre inconnu. La lecture du manuscrit, rejeté par toutes les autres maisons d’édition, lui est particulièrement recommandé du fait de la notoriété mondaine de la compagne de l’auteur, l’actrice Aline Bernstein (Nicole Kidman). Max Perkins, très vite sous le charme, tant de l’oeuvre que de la personnalité exubérante de son auteur, décide de publier le roman, à condition toutefois d’y avoir un droit de regard. Une très forte relation, qualifiée par moment de « père-fils », se développe entre les deux personnages à partir de leur travail en commun, au dépend de la relation amoureuse entre l’auteur et son actrice. La question que prétend poser le film est celle du rôle de l’éditeur comme co-créateur et, partant, de savoir qui est le véritable « Genius » de cette histoire.

Malgré un bon rythme général et de bons acteurs, Genius ennuie. Aussi, les deux grandes figures littéraires du film sont bâclées, uniquement faites de clichés pauvres : Hemingway avec un espadon, Fitzgerald et sa femme dépressive Zelda qui paralyse son travail d’auteur. Sur le plan esthétique, on est au niveau des reconstitutions hollywoodiennes du New-York de cette époque là, ni plus ni moins.

Malgré ses nombreux clichés sur la société américaine des Années Folles et de la Grande Dépression, Genius est un divertissement qui se laisse regarder mais qui ne bouscule jamais son spectateur.

De Michael Grandage
Avec Colin Firth, Jude Law, Nicole Kidman, Laura Linney, Guy Pearce


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: