28e édition Premiers Plans Angers : début de la compétition

26 janvier 2016 Par Aurélie David | 0 commentaires

Depuis vendredi se déroule actuellement la 28e édition de Premiers Plans à Angers, le festival des premiers films européens. En compétition entre autres : des longs métrages, des courts métrages, des films d’écoles et des plans animés. Toute La Culture, sur place, vous confie sa première journée.

Un grand soleil et des températures douces pour la saison accueillent le flot de cinéphiles venus au festival Premiers Plans en ce lundi 25 janvier. A 10 h 00, Toute La Culture a rendez-vous au Grand Théâtre, situé au cœur d’Angers, pour la projection du court-métrage germano-russe Sasha de Taisia Deeva et du long-métrage germano-hongrois The Wednesday Child de Lili Horvath, tous les deux en compétition. Perchés au second balcon, nous dominons la prestigieuse salle du Grand Théâtre qui ne cesse de se remplir. Une fois tous les spectateurs installés, la séance peut commencer. Sasha dépeint l’histoire d’une fillette de 10 ans qui essaie d’avoir des bons rapports avec ses parents divorcés. Mais cet idéal se fissure lorsque Sasha part en camping avec son père et sa nouvelle petite-amie. Un court-métrage touchant qui évoque avec force les méandres du divorce vu par le regard, plus si innocent, de l’enfance. Quant à The Wednesday Child, ce film raconte l’histoire de Maja, une jeune femme de 19 ans, qui a passé son enfance à l’orphelinat, et qui tente à tout prix de récupérer la garde de son fils de 4 ans, malgré sa tendance à s’autodétruire. Une histoire émouvante et brutale sur la difficulté de s’en sortir lorsque l’on a touché le fond.

Après un déjeuner dans le hall du Centre des Congrès, l’occasion d’échanger avec ses voisins de table ses impressions sur ce début de festival, il est déjà temps de rejoindre à nouveau le Grand Théâtre pour une seconde séance. En sélection officielle dans la catégorie Longs métrages français, le film La Marcheuse de Naël Marandin est présenté. Lin Aiyu, clandestine chinoise, se prostitue dans le quartier de Belleville à Paris. Elle cache son activité à sa fille, entrée dans l’adolescence. Un soir, leur voisin, blessé, rentre brutalement chez elles. Tantôt ravisseur, tantôt prisonnier, ce nouveau venu constitue autant une menace qu’une opportunité à saisir. Un film bouleversant sur la prostitution au cœur du quartier chinois de Belleville à Paris. C’est d’ailleurs une équipe très émue à l’occasion de la présentation de son premier film qui s’est prêtée à l’échange avec le public après la projection. Une rencontre riche en découvertes sur le sujet de ce film, sur le choix des acteurs et sur le tournage.

19h15, rendez-vous cette fois au Centre des Congrès pour une nouvelle séance : le court-métrage norvégien Hight Point d’Emil Trier et le long-métrage franco-portugais Montahna de Joao Salaviza. Avant cette projection, Claude-Éric Poiroux, président de Premiers Plans, a profité de cette soirée pour présenter au public l’ensemble du jury de cette 28e édition. Arnaud Desplechin, Laëtitia Casta, co-présidents longs-métrages, et Dyana Gaye, Paul Driessen et Jakub Felcman jury courts-métrages, entre autres, sont montés sur scène devant une salle comble. Puis a démarré la double séance. Dans Hight Point, Christian et Erland, deux amis d’enfance, d’une trentaine d’années, replongent dans leur passé lorsqu’ils sont amenés à chercher le frère de Christian. Ils se confrontent alors à un terrain qu’ils connaissent mal : la culture des jeunes aujourd’hui. Un court métrage réussit qui montre la nostalgie et les souvenirs que des aînés peuvent avoir de leur jeunesse, qui n’est au final pas si lointaine. Quant à Montahna, c’est un joli long métrage sur l’histoire de David, 14 ans. Il sait que son grand-père va mourir, mais il refuse de lui rendre visite de peur de le perdre, alors que sa mère passe ses nuits à son chevet. David sent bien qu’il doit devenir l’homme de la maison, mais plus il cherche à éviter sa vie d’adulte, plus il s’en rapproche. A 22 h 00, la journée se termine pour Toute La Culture qui repart la tête remplie d’images, de promesses et d’espoirs pour la suite du festival Premiers Plans. A suivre…

Visuel : © Aurélie David


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: