Les vernissages de la semaine du 16 mars

16 mars 2017 Par
Bénédicte Gattère
| 0 commentaires

Le mois de mars, avec l’arrivée du printemps, voit les cimaises de nos galeries préférées refleurir d’œuvres ! Il y en a de toutes sortes et pour tous les goûts, du street art au collage en passant par la gravure : Toute la culture a recensé pour vous les vernissages à ne pas manquer cette semaine. 

La Pijama galerie

img_1122

À ne pas manquer ! Un hommage en forme de détournement au journal satirique français, le Canard enchaîné : voilà comment on pourrait définir cette exposition de l’artiste Just Cage. Choisissant une manière originale de vous guider dans l’exposition, la Pijama galerie vous fournit un dépliant imitant le journal, on s’y tromperait ! Au spectateur ensuite de déambuler au gré de sa curiosité afin de découvrir les collages et détournements photographiques d’un artiste inventif et touche-à-tout.

Vernissage le 18 mars à partir de 16h au 82, rue de Turenne, Paris (3e). Vous pouvez retrouver la Pijama galerie sur leur page Facebook pour toutes les informations.

JR à la galerie Perrotin

brooklyn-street-art-jr-jaime-rojo-moca-la-04-14-web-16

La galerie Perrotin accueille en ses murs JR, la star française du street art, du 16 mars au 13 mai. Le film “WRINKLES of The CITY, Istanbul », réalisé par Guillaume Cagniard, permet de suivre l’élaboration du projet éponyme de JR. Tout comme « Women Are Heroes », qui avait également été accompagné d’un long-métrage, il s’agit par ce projet d’afficher en très grand les visages de celles/ceux qu’on ne voit pas. En l’occurrence, ce sont les personnes âgées qui retrouvent une forme de dignité par l’affichage de ces portraits immenses dans les rues des grandes villes. Les rides, que l’on cherche habituellement à cacher ou qu’on ne veut pas voir deviennent le reflet visible des histoires qui traversent ces mêmes villes, qu’abritent les murs des immeubles. La projection du film sera accompagnée d’un accrochage des photographies de l’artiste, réalisées dans le cadre de ce projet commencé en 2000. Il s’est implanté dans des villes du monde entier, de Carthagène en Espagne à La Havane, en passant par Los Angeles ou Istanbul…

Plus d’informations ici.

Michel Nedjar à  la galerie Christian Berst 

ned254-jpg

Alors que vingt de ses œuvres ont rejoint les collections du Centre Pompidou, l’année 2017 semble bien être celle de la consécration de Michel Nedjar. Figure incontournable dans le champ de l’art brut, il est exposé à partir de ce mois-ci dans la galerie du Marais spécialiste dans le domaine. Les panneaux sur bois réalisés par l’artiste ainsi que ses poupées mémorielles, aux faux airs de poupées vaudou, y seront donc exposées du 16 mars au 22 avril.

Plus d’informations ici.

Métadier à la galerie Suzanne Tarasieve

timthumb-php

Il s’agit d’une première exposition monographique consacrée à Champion Métadier. Se sera un ensemble d’œuvres inédites, réalisées en 2016, qui seront présentées. Fortement marquées par la vision dystopique de l’artiste, « ces réalisations évoquent un monde en mutation permanente, dominé par la surveillance et les réseaux. L?artiste nous entraîne ainsi dans univers singulier, capable d?évoquer, sans les citer, 1984 de George Orwell ou encore Wall-E d?Andrew Stanton », ainsi que le formule Cécile Pocheau Lesteven
conservateur en chef au Département des Estampes et de la photographie de la BnF, dans le catalogue de l’exposition.

Vernissage le samedi 18 mars, de 18h à 21h.

Thibault Hazelzet à la galerie Christophe Gaillard

mars_meduse_web

Sous le titre « Mars et Méduse », c’est à une réinvention des mythes classiques que nous invite l’artiste français. Cette exposition regroupe des petites figurines de plâtre, ces avatars incontournables dans l’apprentissage traditionnel des étudiants des beaux-arts.  Connu en tant que photographe, Christophe Gaillard les avait réalisées pour les besoins d’une nouvelle série photographique nommée Les aveugles. Ce n’est que plus tard qu’il a décidé de conserver « la peau, la chair et l’os » de la matière. Pour chaque sculpture, une image en 2D est mise en regard. La tension entre le designo (le dessin, mais aussi « l’idée ») et la réalisation plastique est ainsi rendue palpable par cette confrontation répétée.

Vernissage le samedi 18 mars, plus d’informations ici.

Georg Baselitz à la Galerie Putman

baselitz

Éditrice française des gravures du célèbre artiste allemand,  la galerie Catherine Putman  en présente une très belle sélection dans son exposition « Pied à terre ». Prenant comme point de départ les dernières gravures de l’artiste, les planches représentent, seules ou en diptyque avec un autoportrait du maître japonais de l’estampe Hokusai, des jambes chaussées en marche ; les estampes sélectionnées sont datées de 1995 à 2015.

Vernissage le samedi 18 mars, plus d’informations ici,

Visuels : JR Los Angeles (photo © @JaimeRojo)

Courtesy galerie Christian Berst

Courtesy galerie Christophe Gaillard ; courtesy galerie Suzanne Tarasieve

ABN