« Fuck the world », le pénis bleu qui fait polémique à Stockholm

19 avril 2018 Par
Aurore Garot
| 0 commentaires

La graffeuse suédoise Carolina Falkhort alias Blue alias la « Graffitta » a de nouveau fait polémique avec son œuvre représentant un pénis bleu, « Fuck the World », peint sur une surface de cinq étages d’un immeuble de Stockholm.

Ce n’est pas la première fois qu’un pénis de la « Graffitta » (graf- pour son activité de graffeuse et -fitta qui signifie « chatte ») fait son apparition sur un mur pour être retiré quelques jours après, à la suite de plaintes. En décembre dernier, le pénis était rose, et la ville concernée, Manhattan. L’œuvre n’est resté que trois jours. Celui de Stockholm ne tiendra pas les six mois voulus par l’artiste des parties génitales. L’entreprise Atrium Ljungberg, propriétaire de l’immeuble, autorisait aux street-artistes depuis 2008 a utilisé la grande façade de son immeuble comme support de création. N’ayant pas été averti de la nature de l’oeuvre et à la suite des plaintes à répétition reçues par les autorités locales, la société  a annoncé que le graffiti de l’artiste serait repeint dans moins d’une semaine. Un des principaux arguments utilisés par les habitants « anti-pénis bleu » était qu’une école maternelle se trouvait non loin de l’immeuble. « Bien sûr que nous nous soucions de la liberté artistique, a déclaré la directrice marketing de la société Camille Klimt, mais en même temps, nous devons respecter les opinions des habitants ».

La France serait-elle la prochaine destination de l’artiste ? Il y a de quoi douter. En 2014, l’oeuvre éphémère de Paul McCarthy réalisé sur la place Vendôme à l’occasion de la FIAC, censé représenter un arbre de Noël mais clairement identifier par la population comme un plug anal, n’a pas été apprécié par tout le monde; l’artiste a été agressé et l’oeuvre vandalisée.

 

Visuel : ©CCFlickr