Les vernissages de la semaine du 15 mars : subtilité quand tu nous tiens…

15 mars 2018 Par
Alexia Blick
| 0 commentaires

Pour s’immerger dans l’univers des expositions de la semaine du 15 mars, il faut garder l’oeil bien ouvert. Des oeuvres dans lesquelles, transparait la vision du monde de chaque artiste. 

« Zeugma » Gérard Garouste

15 mars – 12 mai 2018 (vernissage jeudi 15 mars 2018)

Galerie Daniel Templon – 01 42 72 14 10

6493

Gérard Garouste applique à ses oeuvres, une exégèse talmudique qu’il considère comme la philosophie occidentale. Un univers qui créait le « lien » (zeugma en grec) entre les personnages de ses tableaux. Ainsi, Franz Kafka et Borges ou encore Naaman et Pinocchio se rencontrent dans ces peintures à l’huile qui rappellent le monde des mangas. « Si je peins armé des textes qui ont irrigué les siècles, fabriqué la pensée de nos aïeux […] si je fais de la peinture à l’huile […] c’est pour regarder en nous, révéler notre culture, notre pensée dominante, notre inconscient. Je veux être un ver dans le fruit ». 

30, rue de Beaubourg, 75003 Paris 3e – Métro Hôtel de Ville (1, 11)

« Let it Pop » Boudro 

15 mars – 4 avril 2018 

Galerie Deux6 – 01 83 89 21 39

35439bdb-6461-472a-8c8e-10e6a9a3fde0Ces collages d’images réunissent les personnages les plus connus de la pop culture. Un art qui dépeint la société de surconsommation, à travers des compositions colorés et explosives. Des oeuvres qui font sourire, et que l’artiste Boudro exécute avec un style warholien. 

66, Avenue de la Bourdonnais 75007 Paris 7e – Métro Ecole Militaire (8) 

« Parmi mille et un dessin » de Paul Armand Gette

16 mars – 21 avril 2018 (vernissage jeudi 15 mars 2018 de 18h à 20h) 

Galerie de France – 01 42 74 38 00

web

Paul Armand Gette approche une fois de plus la sensualité, qu’il crayonne toujours aussi bien. Son amour pour le corps féminin s’immisce dans ses dessins, dont on ne soupçonne pas d’un premier coup d’oeil, toutes le subtilités.

54 rue de la Verrerie 75004 Paris 4e – Métro Hôtel de Ville (1, 11)

« Ballet Couture » 

15 mars – 4 mai 2018 

Alfalibra Gallery 

exposition-ballet-couture-alfalibra-gallery-artistikrezo-paris

De la douceur et de l’intensité c’est ce qui se dégage des photographies de cette exposition, qui retracent l’histoire des ballets iconiques, comme celui de Olivier Rousteing pour l’Opéra National de Paris avec «Renaissance», signé Sébastien Bertaud. Des mouvements du corps, qui mettent en avant les costumes de créateur, ornés de pierres précieuses. 

324 rue Saint-Martin 75003 Paris 3e – Métro Strasbourg – Saint-Denis (4/8/9)

« Bagnolet Chamanique 4K » Pierre Gaignard

17 mars – 28 avril 2018

Galerie Eric Mouchet – 01 42 96 26 11

pierre-gaignard-bagnolet-chamanique-4k-2019_large

Produites dans les ateliers Le Wonder/Liebert, ces réalisations ethniques, ont été conçues sur l’avenue Gallieni à Bagnolet. Un projet magique et majestueux qui tente de mettre en lumière, cette ville de banlieue, laissée pour compte, mais où tout est possible. 

45, rue Jacob 75006 Paris 6e – Métro Saint-Germain des Prés (4)

« Desiderata » Paul Pfeiffer

17 mars – 26 mai 2018 (vernissage samedi 17 mars 2018 à 16h30)

Galerie Perrotin (Rue de Turenne) – 01 42 16 79 79

paul_pfeiffer_desiderata_14770-jpg_w1000_181918

Série d’images crées entre 2015 et 2018, cette exposition reprend des extraits d’émissions télévisées, telles que le « combat de boxe du siècle », qui opposait Floyd Mayweather et Manny Pacquiao. Des oeuvres, isolées de leur nuit d’origine, pour apporter une dimension sensationnel. Un paysage artistique haut en couleur aux allures de mondes psychédéliques. 

76, rue de Turenne 75003 Paris 3e – Métro Filles du Clavaire (8)

« L’affiche dans le miroir » Andrei Tarkovski

20 – 25 mars 2018 (vernissage mardi 20 mars 2018 de 18h à 22h) 

Espace Beaurepaire – 01 42 45 59 64

2ljemamp9jjeInspirées par les films de Andrei Tarkovski, ces affiches renvoient au voyage dans le cinéma, des images artistiques aux couleurs éclatantes. « Un enfant qui arrose un arbre, une femme assise sur une barrière, des dunes de sable, une maison qui brûle, un verre qui tombe, un champ qui ondule, une bougie qui ne doit pas s’éteindre. Autant de fragments d’un paysage mental et émotionnel qui nous accompagne longtemps après la fin des films du réalisateur russe.

28, rue Beaurepaire 75010 Paris 10e – Métro Jacques Bonsergent (5) 

Visuel : © Affiches d’expositions