Nuit Blanche 2016, La joie venait toujours après la peine

2 octobre 2016 Par
Amelie Blaustein Niddam
| 0 commentaires

2016, année carnage, pire encore que 2015 alors que c’était impensable. Depuis janvier 2015 et encore plus depuis novembre 2016, Paris est une forteresse militaire dont on croise les soldats gentils dans les queues des boulangeries. Alors, quand Anne Hidalgo a demandé à Jean de Loisy, le patron du Palais de Tokyo, de penser le parcours de la Nuit Blanche 2016, elle ne s’attendait peut être pas à ce que la joie revienne, symbolisée par le cœur traversé de la Seine de Fabrice Hyber.