[Lens] « Sortilèges de l’eau » : le Symbolisme s’expose à la claire fontaine à la Fondation Arnaud

19 mars 2017 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Alors que le Musée d’Orsay expose les paysages mystiques du 19e siècle (voir notre article), là Lens, en Suisse, c’est par l’angle spécifique de l’eau que la Fondation Pierre Arnaud aborde la question du symbolisme. Avec des œuvres rares venues de collections privées et de certains musées suisses ou français, l’exposition « Symbolisme, sortilèges de l’eau » aborde la question de l’incarnation de l’idéal.

symbolisme-hiver-4-2425

La Fondation présente immédiatement le symbolisme comme « un mouvement réactionnaire » qui par refus du matérialisme de la Révolution industrielle, cherche un chemin esthétique vers l’idéal. Un chemin qui est-lui- porteur de novation et d’avenir.

musique Sur les deux étages du musée l’exposition avance selon 6 thématiques propres au mouvement, avec un réflexion souvent très profonde sur l’angle à aborder. Ainsi, le reflet de la vie sur la surface de l’eau ouvre les portes du rêves, ou la « sources » est une allégorie à la fois féminine et aquatique absolument passionnante pour entrer dans l’univers des symbolistes.moreau

En plus de nous présenter des pièces importantes d’artistes célèbres (le musée Gustave Moreau a prêté 3 tableaux), on trouve aussi deux magnifiques nus de Vallotton, des scènes mythologiques signées Von Stuck et des allégories de Rops et Khnopff et de Hodler), l’exposition permet de découvrir ou redécouvrir de nouveaux peintres symbolistes comme Jean Delville, Albert Trachsel, William Degouve de Nuncques, Peter Behrens, Louis Lévy-Dhurmer ou encore Carlos Schwabe).

hodlerUn peu suisse quand même, puisqu’on y voit le Léman par Hodler et Baud-Bovy, le  parcours est donc résolument international et interdisciplinaire : il ermet également de faire le lien avec la poésie (via La Mélisande de Khnopff, ou l’inspiration de Verlaine sur le Jet d’eau de Rodo) ou les arts décoratifs (terres cuites de Auguste de Niederhausern, vases Gallé…).

58bfbc600000000000000000_medium

Finalement, il manque peut-être juste la photo dans ce parcours riche où l’on trouve des œuvres du préraphaélite Edward Burne Jones aussi bien qu’une forêt mystérieuse du belge William Degouve de Nuncque, qui pointe déjà vers le surréalisme. A voir absolument si vous êtes dans le Valais avant le 21 mai 2017.

visuels : affiche officielle


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *