Lafayette Anticipations a ouvert ses portes rue du plâtre

20 mars 2018 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Après trois ans de travaux, et plusieurs capsules, l’édifice qui abritera désormais les artistes et les projets de Lafayette Anticipations a ouvert, 9 rue du plâtre dans un ancien entrepôt des Galeries où l’architecte Rem Koolhas a transformé 2200m2 historiques en espace de création et d’exposition.

4a5351a4-b96d-4d1f-b965-7a92f6082a64

Alors que le laboratoire Lafayette Anticipations a ouvert depuis 2013, le grand projet de bâtiment, confié à l’agence OMA et à Rem Koolhas a ouvert ces porte en ce début du mois de mars 2018. Situé en plein cœur du marais et sur quatre étage, tout est resté brut, neutre et puissant. Sauf que dans la cour centrale, l’architecte a placé un dispositif de plateaux amovibles qui se transforment en « tour curatoriale » en permettant de faire varier avec maestria les 875 m2 de l’espace d’exposition. Alors qu’à l’accueil une cafétéria et une boutique vous accueillent, le sous-sol est dédié au Laboratoire avec des outils et des espaces pour les artistes aidés par Anticipations et, à horaires fixes, accès à des œuvres de Camille Béatrix.

L’exposition inaugurale est placée sous le signe de Vercors mais aussi de l’opposition à Donald Trump sous le titre Le Silence de la mer. Avec le bruit des vagues qu’on prend au réa de chaussée pour le bruit des bombes, un film immense et découpe de bunkers, sable, mer et passants au Cap Ferré et avec une pluie de paillettes colorées, l’artiste américaine Lutz Bacher, née pendant la Guerre, évoque cette période dans une exposition qui tente de jouer avec l’architecture flambant neuve du lieu pour mieux faire résonner certains avertissements venus du passé. Formellement et conceptuellement surtout, les projets de Lafayette Anticipations nous avaient habitués à plus de recherche. Mais il est vrai que cette première exposition qui dure jusqu’au 30 avril à la vertu de mettre en valeur l’espace impressionnant du lieu et même de le sublimer de paillettes qui perdent alors de leur ironie.
Visuels : photos de la visite (c) YH

Vous nous lisez ? Soutenez-nous à partir de 1 euro :