[Bordeaux] Le « somniculus » d’Ali Cherri réveille les musées vides, au CAPC

1 avril 2017 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Dans le cadre de son cycle de printemps « Satellite 2017, l’économie du vivant », mettant en avant des artistes qui touchent de manière concrète la matière sociale, le Musée d’art contemporain de Bordeaux (CAPC) présente le travail sur le quotidien et l’archéologie de l’artiste libanais Ali Cherri. Déjà ovationné au Jeu de Paume (actuellement programmé comme Satellite 10), dans les galeries calmes du CAPC, le sommeil muséal de l’artiste résonne avec acuité.

ali-cherri

Somniculus adjoint des installations minutieuses à un film hypnotique. Travaillant sur l’archéologie après avoir incubé son art dans le bruit et la fureur de la ligne de front et de destruction, Ali Cherri pose les totems sur un plan horizontal comme autant de questions silencieuses. Dans son film, l’artiste est allongé au lit dans des draps d’une blancheur paralysante. Cet immobilité du corps humain en sommeil entre en écho avec les galeries vides de plusieurs grands musées parisiens. Immense et désolée, la galerie d’évolution semble s’être arrêtée en marche, tandis que le Musée de la Chasse et de la Nature semble bruisser dans le silence. Un close-up final et magistral donne à voir une série de sculptures et objets rituels aux formes animales ou humaines, tous les yeux fermés. Ali Cherri a su donner de la vie à ces objets en sommeil et, ce, malgré la désaffection des musées qui les conservent dans leurs collections. Un travail fascinant, qui rapproche une magie ancestrale de la science des musées et de l’homme.

SOMNICULUS (Trailer) from Ali CHERRI on Vimeo.

Visuel : photo officielle sur le site du musée


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *