[Bordeaux] Daniel Templon à l’honneur à l’Institut Culturel Bernard Magrez

3 avril 2017 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Le viticulteur bordelais ouvre son Château Labottière à 6 artistes du galeriste Daniel Templon. Cette exposition de l’Institut Cullturel Bernard Magrez donne à voir des œuvres hors normes dans un cadre d’exception.  

img_0032

Avec plus de 500 expositions et 300 artistes représentés, le galeriste parisien Daniel Templon a acquis une réputation mondiale. L’institut culturel Bernard Magrez a choisi de le mettre à l’honneur à travers 5 artistes et collectifs emblématiques de la galerie réalisant ainsi le portrait de ce galeriste à travers certains artistes qu’il a choisis de représenter

img_0031
Tout commence dès l’entrée dans l’enceinte de l’Institut avant même d’entrer au château : une grande sculpture dorée de Jan Fabre en cosmonaute donne l’envoi de l’exposition, alors que Daniel Templon représente l’artiste en France depuis l’an 2000. C’est sur une deuxième sculpture dorée de Fabre, un autoportrait portant la croix qui se fond parfaitement dans le panorama des jardins à la française du Château Labottière, qu’on entre dans le bâtiment pour être accueillis à l’intérieur par deux autres trophées dorés de l’artiste flamand et deux bas-reliefs en scarabées. Dans la salle suivante les mystérieux tissages de Shiaru Shiota s’offrent à voir en trois installations caractéristiques, puis l’on passe aux matières brutes de Philippe Cognée et sans transition aux couleurs grimaçantes de Yue Minjun. On finit ce concentré des artistes représentés par Templon par un choix astucieux d’œuvres récentes de Pierre & Gilles, représentés par la galerie depuis 2012. A l’étage, l’on trouve une vidéo de Templon pour achever le portrait, ainsi qu’une série de photos de Bernard Magrez avec des artistes comme autant de trophées faisant le lien entre les artistes de la galerie parisienne et le viticulteur.

img_0030

A l’étage et comme mise en perspective avec les tous grands artistes de la galerie Daniel Templon la lauréate du Grand Prix Bernard magrez 2016, Amandine Pierné semble donner du galon à son projet « Palmy Lapse ». On ressort du lieu ébloui et intrigué par la manière dont le faste d’un château bordelais donne perspective et cohésion à des choix d’artistes marquants par le galeriste parisien Daniel Templon.
Visuels : YH