Au Louvre, une incroyable collection privée en hommage au siècle d’or hollandais

24 février 2017 Par
Camille Thermes
| 0 commentaires

Depuis le 22 février et jusqu’au 22 mai, le Louvre présente une saison dédiée au Siècle d’or hollandais. Et pour mettre à l’honneur le 17eme siècle, le musée bénéficie de la collection privée qui contient le plus important rassemblement d’ oeuvres de Rembrandt : celle des époux américains Thomas Kaplan Daphné Recanati Kaplan.

rembrandt

 

Après celui rendu par le Musée Jacquemart-Andre en janvier, cet hommage à Rembrandt s’inscrit dans le nouveau programme du musée du Louvre portant sur “Une saison consacrée au siècle d’or hollandais”. Le projet comprend 3 expositions : “Vermeer et les maîtres de la peinture de genre” du 22 février au 22 mai, “Chefs-d’oeuvres de la collection Leiden : le siècle de Rembrandt” couvrant la même période, ainsi que “Dessiner le quotidien : La Hollande au siècle d’or”, du 16 mars au 12 juin.

 

Une collection privée pour exposer Rembrandt

Des 250 oeuvres de la Leiden collection, 30 composent aujourd’hui l’exposition consacrée au “Siècle de Rembrandt” ouverte depuis le 22 février sous le commissariat de Blaise Ducos. Pour cette immense collection initiée en 2003, les détenteurs avaient choisi le nom de Leiden en l’honneur de la région hollandaise (Leyde) d’où sont originaires les principaux peintres de la période. Jan Steen, Jan Lievens, Frans van Mieris, Gerard Dou… tous sont les représentants de l’art hollandais, et tous figurent dans l’exposition. Mais les pièces maîtresses de ce rassemblement pictural restent les 11 tableaux du maître Rembrandt, issus de la collection Leiden. Parmi eux notamment, on pourra voir la Minerve, célèbre grand format appartenant à la série de femmes fortes et déesses de la mythologie.
A travers les deux axes de l’art du Siècle d’or hollandais en général et celui de Rembrandt en particulier, l’exposition se propose d’aborder aussi bien les multiples aspects de la peinture hollandaise, au ton parfois satirique et parfois solennel, que la capacité d’un artiste à créer selon différentes techniques et différents genres.

 

Une démarche au service de la diffusion des oeuvres d’art

Et c’est donc grâce à un projet presque philanthropique que le musée international peut présenter cette section particulière dans sa programmation sur le 17ème siècle hollandais. En effet, Thomas Kaplan et Daphné Recanati Kaplan décrivent leur démarche comme une volonté de partager avec le plus grand nombre leurs acquisitions artistiques. Jusque-là, le couple était resté très discret en refusant de donner son nom à la collection. Connu plutôt pour son importance dans le domaine des affaires et pour son soutien à la conservation des milieux naturels, (il est notamment le président de la Panthera Corporation, et le fondateur de la Orianne Society), le milliardaire Thomas Kaplan a commencé à collectionner les peintures hollandaises à l’âge de 41 ans lorsqu’il s’est rendu compte que les tableaux qui le passionnaient étaient devenues moins chères que les objets d’art modernes et contemporains. Il affirme aujourd’hui que sa volonté d’acquérir de tels biens est surtout motivée par une envie de faire partager au public des œuvres jusque-là aux mains de collectionneurs privés.
Dans un geste symbolique, d’ailleurs, les époux font officiellement un don au musée pour l’occasion : il s’agit tableau réalisé par l’un des élèves les pus doués de Rembrandt : Eliezer et Rebecca au puits, de Ferdinand Bol. Cette pièce, acquise en 2009 par le couple, figurait déjà dans la galerie hollandaise du musée en tant que prêt. Il faut aussi noter que la collection sera ensuite exposée dans d’autres musées, à Shangai, Pékin, ainsi qu’au Louvre Abu-Dhabi.

La démarche de diffusion dans laquelle s’inscrivent les époux est de plus soutenue depuis peu par un projet assez exceptionnel : l’ensemble de la Leiden collection est consultable sur internet depuis le 23 janvier 2017, dans un catalogue édité par Arthur K. Wheelock Jr., professeur et conservateur de la section l’art européen de la National Gallery of Art de Washington DC.

Visuel : capture d’écran de l’annonce de l’exposition sur le site du musée du Louvre