Le Japon investit Paris

26 novembre 2008 Par Annabel | 0 commentaires

Près de 700 manifestations culturelles sont organisées en France cette année pour fêter les 150 ans de la signature d’un traité scellant une amitié indéfectible avec le Japon. Une occasion en or pour découvrir ou revisiter les trésors culturels du pays du soleil levant, de ses coutumes ancestrales à ces peintres influencés par les mouvements artistiques français, en passant par ses designers les plus inventifs.

Les Beaux-Arts

Akira Kurosawa au Petit Palais 

kurosawa

  Akira Kurosawa, un des Japonais les plus connus en Occident, voit le Petit Palais vibrer au rythme de ses dessins, au travers d’une exposition qui lui est consacrée. Le cinéaste, né en 1910, avait pour habitude de dessiner ses story-boards. Ces dessins ne peuvent pourtant se résumer à un travail préparatoire à la phase de réalisation, même si l’accrochage des dessins sur un paravent dans les couloirs du musée reprend la chronologie de ses derniers films. Conçus comme des oeuvres autonomes, ils sont accessibles à tous, y compris à ceux qui n’auraient pas la chance d’avoir vu ses films. Synthèse originale des cultures orientales et occidentales, par leur force expressionniste, ces dessins reflètent la personnalité de Kurosawa, son enracinement dans le patrimoine japonais comme son admiration pour l’art de Van Gogh, Cézanne, Chagall ou Rouault et la lecture de Shakespeare, Dostoïevski ou Tolstoï.

Jusqu’au 11 janvier au Petit Palais (ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf lundi et jours fériés, nocturne le jeudi jusqu’à 22h). Tarifs : Accès gratuit aux collections permanentes / Entrée payante pour les expositions temporaires : adulte 7 € ; réduit 3,50 € ; jeune 2,50 €.

Les courtisanes au Musée Cernuschi

cernuschi

 

 Le Musée Cernuschi présente l’exposition Splendeurs Des Courtisanes avec des peintures ukiyo-e du musée Idemitsu. Alors que les estampes ukiyo-e sont réputées en Occident, les peintures par les mêmes artistes sont plus méconnues. Un ensemble incomparable de rouleaux et de paravents présentera les courtisanes et les jolies femmes qui fréquentent les quartiers de plaisir où se côtoient nobles et bourgeois fortunés, d’Edo (Tokyo)- la capitale shogunale, de Kyoto et d’Osaka.

Du 18 novembre au 4 janvier 2009 Le musée Cernuschi est ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h sans interruption.

Le Zen au Petit Palais

zen

 

  Grâce à 80 oeuvres d’art, du XIIe au XVIIIe siècle, sélectionnées parmi les trésors artistiques de trois des plus célèbres temples zen de Kyoto (dont deux sont inscrits au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco) et jamais encore présentés en Europe, cette exposition est l’occasion de découvrir la culture Zen en ses multiples composantes, au-delà des visions occidentales, parfois réductrices. Une caractéristique essentielle du Zen au Japon étant la transmission directe de la Loi (Dharma) de maître à disciple, une première section révèle les portraits peints ou sculptés des maîtres zen ainsi que des calligraphies zen appelées bokuseki ou traces d’encre, supports fondamentaux de l’enseignement spirituel. Le reste est à découvrir jusqu’au 14 décembre.

Le Petit Palais est ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf lundi et jours fériés, nocturne le jeudi jusqu’à 22h. Tarifs : accès gratuit aux collections permanentes / Entrée payante pour les expositions temporaires : adulte 7 € ; réduit 3,50 € ; jeune 2,50 €.

 

Le design

Vers la fin des années 1950, la promotion du design a été érigée au Japon au rang de politique nationale afin de stimuler les exportations. Reconnu par la suite comme facteur de compétitivité industrielle, le design fit l’objet de diverses initiatives comme la création de plusieurs concours prestigieux, comme le Good Design ou le Design Year. Trois expositions, dont deux sont particulièrement réussies et l’autre prometteuse, mettent en avant la créativité japonaise au travers de concepts philosophiques prégnants.

Le Mingei au musée du Quai Branly

mingei

 

   Le mot « Mingei » est une abréviation de minshuteki kogeï, qui signifie « l’artisanat ou l’art populaire fait par le peuple et pour le peuple ». Dans cette exposition, à partir d’un cas précis – celui du penseur Yanagi Soetsu, promoteur du mouvement « Mingei », et son fils Yanagi Sori, premier designer d’après-guerre -, il s’agit de réfléchir au rapport que le XXème siècle a établi entre la redécouverte de certains arts traditionnels et l’évolution de l’art moderne international à travers le design. Cette dynamique sort la perception des arts populaires traditionnels d’un point de vue strictement ethnographique ou anthropologique, pour l’inscrire dans une situation historique précise : celle du Japon de la première moitié du XXème siècle (jusqu’à la fin des années cinquante). Il s’agit aussi d’une perspective esthétique, morale et formelle, qui trouve aujourd’hui ses échos dans les « formes originelles » de certains designers contemporains.

Jusqu’au 11 janvier 2009. De 6 à 8,50 euros – Mardi, mercredi, dimanche de 11h à 19h, jeudi, vendredi, samedi de 11h à 21h – Musée du quai Branly, 37 quai Branly, portail Debilly ou 218 rue de l’Université, 75007 Paris – Renseignements : 01.56.61.70.00

Le Wa à la Maison de la culture du Japon à Paris 

wa

 

 « Le Wa, valeur éminemment respectable, repose sur un principe qui est d’éviter toute discorde » peut-on lire dans la Constitution de 604 après Jésus-Christ du régime impérial. Le Wa est devenu plus de 1 400 ans plus tard l’état d’harmonie en toutes choses, ou l’accord idéal qui doit régner entre les humains et les choses. L’exposition intitulée « Wa, harmonie au quotidien, design japonais d’aujourd’hui » qui se situe à la Maison de la culture du Japon a tenu à mettre en exergue plusieurs points concernant la fécondité du design japonais. Tout d’abord, la fusion de l’artisanat traditionnel et des technologies de pointe, ensuite, les associations entre le travail manuel et la production industrielle, les liens entre l’activité du design dans la capitale et la fabrication d’objets en province, l’interaction entre les éléments japonais et occidentaux, les nouvelles utilisations de matériaux anciens et enfin, la conciliation du désir de préserver l’environnement et de l’impact des avancées technologiques. Toutes ces problématiques sont des sources d’inspiration inépuisables pour les designers japonais. Et les produits exposés en témoignent.

Musée de la Culture du Japon à Paris Jusqu’au samedi 31 janvier 2009. Salle d’exposition (niveau 2). Horaires : du mardi au samedi de 12h à 19h / Nocturne le jeudi jusqu’à 20h. Fermé les jours fériés / Fermeture annuelle du 21 décembre au 5 janvier inclus. Prix d’entrée 6 € / Tarif réduit 4 € / Gratuit pour les adhérents MCJP, les enfants de moins de 12 ans

Le Kansei aux Arts Décoratifs  

kansei

Le Kansei est l’expression d’une sensibilité propre aux Japonais née de l’histoire, de la culture et du terroir de leur pays. Il se manifeste par une attention particulière accordée à la finesse et la simplicité, au rapport à la nature, aux choix des matériaux, au sens aigu des couleurs et du détail. L’exposition, selon les mots du président de l’organisation japonaise du commerce extérieur, vise à lever le voile sur la philosophie du Monozukuri (art de la fabrication), qui anime design et produits japonais, afin de diffuser dans le monde, la valeur kansei, contenue dans la création japonaise.

 Entrée libre. Du 12 au 21 décembre 2008 aux Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli. Ouvert du mardi au vendredi de 11h à 18h et le week-end de 10 à 18h. nocturne le jeudi jusqu’à 21h.

 

Annabel Benhaiem

 


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: