Une équipe de réfugiés aux Jeux Olympiques de Rio

4 août 2016 Par Fiona Dubois | 0 commentaires

Le Comité international olympique (CIO) a sélectionné des athlètes réfugiés de haut niveau pour participer aux Jeux olympiques de 2016, à Rio. Venus de Syrie, de République démocratique du Congo et du Kenya, ils défileront à l’avant-dernière place du défilé, avant l’équipe du Brésil.

Le choix de cette délégation de réfugiés, qui comptera cinq à dix personnes, est éminemment symbolique. Pour Thomas Bach, le président du CIO, il s’agit « d’envoyer un message d’espoir et de confiance aux réfugiés et d’attirer l’attention du monde sur le sort et le problème des soixante millions de réfugiés dans le monde ».

En outre, celui-ci a annoncé, au retour d’une visite dans un centre d’accueil d’Eléonas en Grèce, que l’attention sera tournée vers le « travail remarquable » de la Grèce quant à la prise en charge des migrants. D’ailleurs, c’est par le camp d’Eléonas que le relais de la flamme olympique passera, et un réfugié y participera.

Parmi ces réfugiés, il y a Rami Anis, un jeune syrien de 25 ans qui a rejoint l’Europe à travers les îles grecques et les Balkans pour se réfugier en Belgique avec son père et son frère. A ses côtés, Yusra Mardini, une nageuse professionnelle qui a représenté la Syrie aux Championnats du monde en 2012, puis a fui son pays vers la Turquie et vers l’Allemagne. Comme eux, le reste de l’équipe a saisi l’opportunité qui leur est offerte par le CIO, de vivre leur sport quelle que soit la souffrance subie et malgré leur exil.

Visuel : © 2016 I.O.C./David Burnett/


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: