Roger Dumas n’est plus de notre galaxie

4 juillet 2016 Par Antoine Roynier | 0 commentaires

L’Acteur et parolier est mort dimanche à Paris. Une perte inestimable pour la culture française.

La Ministre de la Culture, Audrey Azoulay, a déploré un « de ces hommes qui ont fait la force du théâtre, du cinéma et de la chanson française tant par la qualité de leur travail que par leur discrétion ». Roger Dumas s’est éteint, le 3 juillet à l’Hôpital Saint-Antoine de Paris, à l’âge de 84 ans. Ce personnage majeur de la culture française avait plusieurs cordes à son arc. Tout d’abord, il était acteur. Au théâtre, il est récompensé, après deux nominations, d’un Molière du comédien dans un second rôle en 2006 pour son rôle dans Moins Deux réalisé par Samuel Benchetrit. Le succès auprès du grand public, il le rencontre avec une pièce d’Yvan Calberac L’Etudiante et Monsieur Henri.

Mais c’est au cinéma, dans les années 1950, que sa carrière commence à prendre de l’élan. Il côtoie les plus grands noms du cinéma français et joue aux côtés de Jean Gabin dans Rue des Prairies en 1959, de Louis de Funès dans Pouic-Pouic en 1963 et de Jean-Paul Belmondo dans L’homme de Rio en 1963. Le natif de l’Annonay a été dirigé par les plus grands réalisateurs de notre époque. De Claude Chabrol à Olivier Assayas en passant par John Malkovich, tous ont dirigé cet artiste dont les talents ne s’arrêtaient pas à jouer à la comédie.

Homme de lettre, Roger Dumas a écrit certains des tubes marquants des années 1970 et 1980. Le Lapin de Chantal Goya a couru sur les ondes pendant de longues années. Les premières notes de la chanson du dessin animé Capitaine Flam ont fait sursauté de joie les jeunes téléspectateurs de TF1. Ses collaborations avec Sylvie Vartan et Johnny Hallyday, le pousseront comme l’un des auteurs à succès de la chanson française.

Roger Dumas était incontournable. Les juges du Prix Suzanne-Biachetti l’avaient compris dès 1959, puisqu’il est le seul homme à avoir remporté cette distinction normalement réservée aux femmes.

Visuel: © Wikipedia


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: