Exclu : les revendications du personnel en grève de la Comédie-Française

30 mai 2018 Par
Claudia Lebon
| 0 commentaires

Une partie du personnel de la Comédie-Française a entamé une grève depuis le mardi 22 mai. Nous avons voulu en savoir plus sur les revendications de ces grévistes. 

cf

Un mouvement de grève est en cours depuis une semaine à la Comédie-Française. La première et les deux « générales de presse » de la Locandiera de Carlo Goldoni ont été annulées samedi, lundi et aujourd’hui, et les représentations de l’Eveil du printemps de Frank Wedekind et de Poussière de Lars Norén ont pu avoir lieu mais sans les décors des spectacles.

Toute la culture s’est renseignée auprès du délégué du personnel, Monsieur Alexandre Gigli (SNAPAC CFDT), qui a accepté de nous transmettre les revendications des grévistes.

Deux revendications fondamentales ont été présentées. Sans hiérarchisation, la première concerne la gestion du calendrier de négociation obligatoire qui relève des tutelles du Ministère de l’économie et des finances. Le personnel demande une meilleure tenue de ce calendrier qui permet d’organiser les négociations concernant la capacité de l’entreprise à augmenter la masse salariale. Celui-ci serait actuellement tenu en dehors de tout cadre. Le personnel souhaite donc remettre les tutelles de Bercy face à leurs responsabilités et fixer la tenue des négociations au 31 mars de chaque année.

Une deuxième revendication fondamentale concerne l’organisation de la programmation de la Comédie-française et le principe d’alternance des spectacles, spécifique au théâtre, qui demande plusieurs changements de décors quotidiens afin d’assurer jusqu’à cinq représentations différentes chaque semaine, en plus des répétitions. Cette demande s’adresse donc à la direction du théâtre.

Voici ce que la Comédie-Française communique sur son site au sujet du principe d’alternance  :

« Le matin, il faut démonter le décor de la représentation de la veille et monter celui de répétition pour l’après-midi. Le soir, on démonte le décor de répétition et on monte celui de la représentation, différent de celui de la veille. Dans une rotation permanente, l’Alternance maintient la Maison en mouvement et exerce la virtuosité de la Troupe. Logistique technique doublée d’une gestion précise de l’emploi du temps de la soixantaine de Comédiens-Français et du calendrier des représentations.« .

Monsieur Alexandre Gigli déclare que le personnel respecte tout à fait ce principe d’alternance mais il demande une meilleure gestion de cette logistique. Les spectacles programmés requièrent des décors très importants et il est difficile de respecter les calendriers. Le personnel demande donc une révision de la charge et de l’amplitude du travail, les conditions actuelles pouvant parfois causer des risques d’insécurité pour les employés.

Le délégué du personnel indique que ces deux revendications fondamentales sont générales et concernent l’ensemble des services.

Une dernière revendication, liée à la rémunération, ne concerne qu’une partie du personnel, les machinistes du plateau de Richelieu et des ateliers de Sarcelles. Ces derniers réclament donc une « mesure catégorielle ». Comme nous l’avons déjà indiqué dans un précédent article, la direction du théâtre a proposé «une mesure salariale générale à l’ensemble du personnel, sans distinction de service, d’ancienneté ou de grade».

Eric Ruf, administrateur général, a déclaré souhaiter une « sortie rapide à cette crise ». Des négociations sont toujours en cours.

 Visuel © CC BY-NC-ND 2.0