Record : quand un de Kooning surpasse un Picasso

23 février 2016 Par Amel Bouziani | 0 commentaires

C’est lors d’une banale vente privée d’art contemporain qu’un nouveau record survient : il s’agit de la vente de deux grandes œuvres de maîtres abstraits qui ont coûté la maudite somme de 500 millions de dollars. La transaction s’est faite entre deux grandes fortunes mondiales.

Un record qui va rentrer dans les annales !

Dans le Monde de l’Art, nous sommes souvent interloqués face à ce que peuvent payer des personnes pour un tableau. Cette transaction réalisée entre David Geffen, 154ème fortune mondiale en 2010, directeur des studios Dreamworks et Kenneth Griffin, jeune milliardaire, directeur du fonds d’investissement Citadel LLC peut intégrer le Guiness Record catégorie Art !  Les deux tableaux en question sont les oeuvres number 17A de Pollock réalisée en 1948 et Interchange de de Kooning exécutée en 1955.

Ces deux toiles sont vendues respectivement pour 200 et 300 millions de dollars. La vente surpasse le record d’une enchère pour l’oeuvre de Picasso, les Femmes d’Alger, qui avait atteint les 179 millions de dollars chez Christie’s en Mai 2015.

Coup d’oeil sur Interchange par Willem de Kooning :

Peintre d’origine Néerlandaise, naturalisé américain, Willem de Kooning (1904-1997) est précurseur de l’expressionnisme abstrait. Il utilise gouache, aquarelle, pastel ainsi que des techniques mixtes pour ses oeuvres. Il excelle également dans la sculpture. Pour lui, il n’y a pas de style, il ne se sent pas attaché à un courant particulier, mais on le rattache au courant de l’expressionnisme abstrait et contemporain.

Interchange illustre bien son idée : voir jusqu’où la peinture peut aller. Cette huile sur toile mesure 200, 7 x 175, 3 cm. Durant la deuxième moitié des années 50 jusqu’en 1963, de Kooning nous peint des paysages urbains de façon abstraite. Interchange a déjà connu un record en novembre 1989, mis aux enchères par Sotheby’s, générant 20,8 millions de dollars.

Profil sur l’acheteur Kenneth Griffin : philanthrope, amoureux d’Art

Comme tout milliardaire, il faut bien montrer son goût pour l’Art et exposer ses trophées dans son salon, mais Kenneth Griffin est connu par son caractère philanthropique et préfère les présenter au musée. Pour l’amour de l’Art et grâce à sa fortune, il a participé activement à la création de l’Art Institute of Chicago (devenu deuxième plus grand musée d’art des Etats-Unis après le Metropolitan Museum of Art de New York). Ses fonds représentent ainsi l’une des plus importantes collections d’art. De plus, Il fait don de 100 millions de dollars en 2015 au Lincoln Center de New York.

Il fait également parti des acheteurs d’art les plus actifs au monde. Il se constitue une grande collection en se présentant comme un mécène. En 1999, il s’offre Nature Morte au rideau à fleurs et fruits de Paul Cézanne (1904-1906) pour 60 millions de dollars et en 2006, un Jasper Johns (Faux Départ, 1959) pour 80 millions de dollars. Le milliardaire s’investit énormément dans la vie de son Musée à Chigaco et lui prête ses tableaux achetés.

Visuel : Willem de Kooning, Interchanged, 1955 © Art Institute of Chicago – Printerest


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: