Le vote Macron, un acte de raison

4 mai 2017 Par
Eloise Sibony
| 0 commentaires

A la veille du deuxième tour des élections présidentielles qui opposera Emmanuel Macron et Marine Le Pen, personnalités, journalistes, politiques et citoyens se mobilisent en prenant la parole afin de rappeler une vérité : pour faire barrage au front national, il faut voter Macron, ni plus ni moins. 

Dans une interview accordée au Journal Du Dimanche, Robert Badinter estime que  » Non, l’élection présidentielle n’est pas « pliée » et la défaite de Mme Le Pen n’est pas acquise. » en rappelant un peu plus loin une évidence qu’ « Il suffit qu’une proportion élevée des électeurs s’abstienne de voter pour M. Macron, et Mme Le Pen peut l’emporter. » Cet argument est d’une logique imparable et rappelle les règles du jeu : dimanche un des deux candidats sera élu, inéluctablement, et le seul moyen de faire barrage au front national est de voter pour son adversaire, le candidat du mouvement En Marche. L’ancien ministre de la justice n’est pas le seul à prendre la parole pour tenter de convaincre ceux qui ont prévu de s’abstenir. De Fabien Marsaud – alias Grand Corps Malade – au mathématicien Cédric Villani en passant par Jonh Oliver, roi des talk-shows américains et célèbre présentateur de l’émission satirique « Last week tonight » : tous nous mettent en garde.

charliehebdo

La Fédération du vote Emmanuel Macron ?

Les religieux s’y mettent aussi! Dans une déclaration commune, le pasteur François Clavairoly  président de la Fédération protestante de France, Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et Haïm Korsia, Grand rabbin de France, appellent à voter Macron : « Rien n’est supérieur à la paix et seul le vote républicain pour Emmanuel Macron garantit une France Forte, de toute son histoire, confiante dans son avenir et dans sa capacité à rayonner dans le monde » ont-ils déclaré. Les responsables religieux devraient être rassurés car selon un sondage Elabe, 64% des téléspectateurs du débat d’hier soir ont jugé l’ancien ministre plus convaincant que sa rivale.

Les abstentionnistes risquent de mener Le Pen au pouvoir 

Christiane Taubira a appelé récemment dans Le Monde à voter Emmanuel Macron et a réitéré son propos dans une vidéo pour Speech (le média politique de Konbini). L’ancienne garde des sceaux expose un propos juste et raisonnable et le rappelle elle-même : « Je ne vous invite pas a un geste d’enthousiasme, mais à un acte de raison ». Il peut être regrettable de devoir voter raisonnablement à une élection présidentielle mais là où Christiane Taubira a vu juste c’est qu’il en va, effectivement, d’un « acte de raison ». Michael Löwy, directeur émérite des recherches au CNRS, lui reprend le mot d’ordre de la Ligue communiste révolutionnaire « Battre Le Pen dans les urnes et dans la rue! ». Il explique (sur le blog de Mediapart)  à ceux qui affirment qu’il n’est pas obligé de voter Macron pour qu’il soit élu (loin d’être une évidence), que le seul moyen de ne pas se retrouver avec Marine Le Pen au pouvoir c’est de mettre un bulletin dans l’urne avec le nom de son rival. Logique.

L’ancien Maire de Nice, Christian Estrosi, lui aussi, explique qu’il ne s’agit pas d’un vote d’adhésion mais d’un devoir, il votera Macron et encourage fortement sa famille politique à faire la même chose. Beaucoup de politiques donc, qui, à l’origine ne se reconnaissent pas dans le programme d’Emmanuel Macron, sont décidés à voter en sa faveur. Il est absolument certain que ces prises de paroles sont nécessaires quand parallèlement la majorité des militants de la France insoumise ont placé en tête le vote blanc selon un dernier sondage.  Cependant, si un sondage est « une photographie de l’opinion à un instant T », il s’agit bel et bien d’un instant terrifiant.

 Visuel : © Charlie Hebdo