Un véritable trésor libéré d’un vase cananéen après 3000 ans d’enfouissement

9 juin 2012 Par Sarah Barry | 0 commentaires

De l’or, de l’argent, du bronze, de la cornaline, que de matériaux précieux dans cet ensemble de bijoux découvert dans un vase en argile de l’âge du Fer I au nord d’Israël. Et des questions : d’où vient l’iconographie mystérieuse ornant certains éléments ?

C’est durant une campagne de fouilles de l’été 2010 que des archéologues de l’université de Tel Aviv découvrent ce vase à Tel Megiddo, entre Jérusalem et Haïfa. L’or ne scintille pas immédiatement sous leurs yeux, un nettoyage est nécessaire pour découvrir le contenu. Mais auparavant, les chercheurs doivent procéder à des analyses moléculaires, qui dureront six mois. C’est finalement à l’été 2011 que se déverse le trésor hors du vase, comme le relate le co-directeur des fouilles Israel Finkelstein.

Les objets sont rangés dans des tissus, qui ne présentent pas moins d’intérêt pour l’histoire et seront envoyés aussi en analyses. A l’intérieur : près d’un millier de perles, huit boucles d’oreille en or agrémentées d’une petite lune, une bague à sceau ainsi qu’une autre boucle d’oreille, celle-ci ornée de chèvres sauvages.

C’est ici que les chercheurs s’interrogent : cette iconographie n’est pas habituelle dans la région, ni même tellement ailleurs. On ne connaît aucun objet semblable qui permettrait d’établir le contexte culturel d’origine. Une provenance égyptienne a été suggérée, tenant compte de la situation géographique de Megiddo sur les axes commerciaux entre l’Egypte et l’Assyrie. Mais un tel objet n’a pas de parallèle non plus au pays des pharaons.

Le vase a été découvert dans un contexte domestique ; peut-être les bijoux ont-ils appartenu à une femme cananéenne qui vivait dans la maison en question. Les prochaines analyses apporteront peut-être quelques éléments de réponse.

 

Visuels : (c) Site officiel des fouilles de Megiddo – The Megiddo Expedition

Un véritable trésor libéré d’un vase cananéen après 3000 ans d’enfouissement

LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: