Quand la viticulture entre dans l’ère numérique

21 juin 2016 Par Amelie Blaustein Niddam | 1 commentaire

Ce matin, à l’invitation de la French Tech culture, le Vignoble des Côtes du Rhône et de la Vallée du Rhône l’Agglomération du grand Avignon, le CAAP Innov Eco et la French American Chamber of Commerce de San Francisco, la presse était réunie pour le lancement du premier prix de la viticulture et du numérique ouvert à toutes les Start-Ups françaises. Un outil dément pour construire des ponts entre le terroir et la modernité.

Quand on pense vin, l’image qui arrive est celle du « petit caviste », généralement en bas de la maison, qui vous déniche toujours LA bonne bouteille. On est loin des applis en tous genres et autres avancées numériques. L’idée Portée par la French Tech culture, le Vignoble des Côtes du Rhône et de la Vallée du Rhônel’Agglomération du grand Avignon, le CAAP Innov Eco et la French American Chamber of Commerce de San Francisco permet d’ouvrir les yeux sur un phénomène évident

Ce prix qui permettra au lauréat de bénéficier d’une formation de quinze jours au go to market américain pour la Silicon Valley et la Napa Valley avec l’aide financier du Crédit Agricole qui anime lui aussi un réseau de pépinières de Startups agri-tech (avec une antenne à Avignon). Le coaching et les mises en relation se feront en Californie par la French American Chamber of Commerce de San Francisco.

Alors, quand on parle de numérique et de viticulture, la leçon à retenir est qu’il faut être fou. N’avoir aucune limite semble être la ligne conductrice qui devra animer les Starts Ups qui vont candidater. Jean Marc Roubaud, président de l’agglomération du Grand Avignon l’affirme : « La viticulture : n’est pas exempt de modernité ». Pour Paul Hermelin,  PDG de Capgemini et Michel Chapoutier, PDG de la Maison M. Chapoutier le message est celui d’une aide à la commercialisation. Ce prix ne vient pas en aide à la création de nouvelles entreprise mais bien en guise de support au développement dans un cadre de rayonnement international. C’est le cas notamment pour Geovina. L’application qui compte actuellement 6000 abonnés est un guide touristique autour du vin. De façon géolocalisée vous saurez où boire, où acheter du vin, quelles vignes peuvent être à visiter. La Star Up voit dans sa candidature le moyen de grandir et asseoir son nom.

Jean-François Cesarini, directeur du développement de la French Tech Culture est ravi et étonné. Alors que l’appel à candidature n’est lancé que depuis aujourd’hui, une vingtaine d’entreprises a déjà candidaté. Et pour le moment les réponses sont plurielles. Il cite un « nespresso du vin », un « shazam du vin », mais aussi des développements de caméras pour mesurer le stress hydrique ».

Avec le lancement du prix de la viticulture numérique,  la route est tracée pour casser les frontières à la fois géographiques entre les Etats-Unis et la France, mais aussi culturelles, en n’opposant le plus le vin et le futur. Paul Hermelin le répète « Ce qui manque en France, ce sont les investisseurs », et de l’autre côté, et cela surprendra, « Il y a peu d’initiatives numériques autour du vin dans la Silicon  Valley ». Le mariage semble évident, un mariage pour offrir une rupture, la rupture numérique, cela ne manque pas de charme.

Pour candidater une adresse contact@laculturetech.fr. Candidature ouverte jusqu’au 15 juillet. 

Visuel : ©  CC FabLéa F C

 


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

COMMENTAIRES:

  1. Ping : Lancement du premier prix de la viticulture et ...

Laissez un commentaire: