Les artistes alertent les politiques sur la situation des réfugiés

23 février 2016 Par Flora Vandenesch | 0 commentaires

Deux appels simultanés sont lancés en France et en Grande Bretagne par des personnalités du monde de la Culture, alors que la crise des migrants se complique et que l’État français est sur le point d’évacuer la partie sud du bidonville de Calais. Les artistes continuent à se mobiliser et font part de leur vive inquiétude quant à la situation en Syrie, au sort des civils, et notamment des réfugiés et des déplacés.

Dans une lettre ouverte « Alep vivra», adressée à François Hollande jeudi dernier et parue dans le quotidien Libération du lundi 22 février, les comédiens Anne Alvaro, Dominique Blanc, Marcel Bozonnet, Denis Podalydès et Michel Piccoli, la chorégraphe Maguy Marin, la metteuse en scène Ariane Mnouchkine, le réalisateur Arnaud Depleschin, l’universitaire Emmanuel Wallon et le président de l’Institut du monde arabe Jack Lang dénoncent une situation inacceptable : « Voici cinq ans que nous sommes les témoins de la guerre menée par un dictateur contre son propre peuple, dont les décomptes macabres dépassent les 260 000 morts, un nombre considérable de blessés et de mutilés, ainsi que des millions de réfugiés et de déplacés ». Ils demandent à la France « d’entreprendre tout ce qui est de son ressort, avec ses partenaires européens, afin d’assurer la protection des populations syriennes » et de parvenir à « la levée de tous les sièges et la liberté de circulation pour les convois humanitaires (…)».

Cinq des signataires ont été reçu ce samedi à l’Élysée pour s’entretenir avec François Hollande de la situation en Syrie et en particulier de la région d’Alep où des centaines de milliers de civils sont menacés d’encerclement par le régime soutenu par l’aviation russe. On se souvient de « l’appel de Calais », en septembre dernier, déjà, des personnalités du monde de la culture avaient interpellé le gouvernement français à propos du sort des populations déplacées, à l’initiative du comédien Alex Lutz qui avait lancé un appel à « une main tendue » en direction des réfugiés, pour dire « non à l’indifférence » et demander aux gouvernements occidentaux d’agir au nom des valeurs de l’Humanité, alors que des rassemblements se tenaient aux quatre coins de l’Europe en soutien aux migrants. Plus de 800 cinéastes, écrivains, philosophes, chercheurs et intellectuels, avaient répondu à l’appel. Parmi eux, Mathieu Amalric, Alex Beaupain, Emmanuelle Bercot, les frères Dardenne, Marie Darrieussecq, ou encore Jean-Luc-Godard s’étaient mobilisés pour dénoncer cette « honte pour le pays » que représente à leurs yeux la « jungle » de Calais.

Le mouvement d’indignation se fait aussi entendre de l’autre côté de la Manche. Samedi dernier, une centaine de célébrités britanniques réunies autour de l’acteur Jude Law ont envoyé une lettre ouverte au Premier ministre David Cameron, posant la question de l’accueil de réfugiés mineurs et isolés ayant de la famille au Royaume-Uni. Colin Firth, Helena Bonham-Carter, Idriss Elba, Stephen Frears et Terry Gilliam font partie des premiers signataires. Ce dimanche, Jude Law, Tom Odell et Tom Stoppard sont venus à Calais pour lire des lettres écrites par des migrants au Good Chance Theatre de Calais, un théâtre créé par des associations britanniques avec l’aide de Help Refugees. Grâce aux bénévoles, le spectacle a pu être traduit dans plusieurs langues, en arabe, kurde, pachtoune et farsi. Les associations de soutien aux migrants se battent aujourd’hui pour que le bidonville ne soit pas évacué par les autorités préfectorales. Environ 4500 migrants vivent dans les camps de réfugiés à Calais, et parmi eux, 400 enfants et adolescents, pour la plupart sans leurs parents, selon les ONG présentes sur place.

Photo @goodchancecalais
Amy Reade, volontaire dans l’équipe du théâtre Good Chance à Calais.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: