Intermittents : On en est-où ?

1 juillet 2016 Par Juliette Monnier | 0 commentaires

Comprendre le régime d’intermittents du spectacle n’est pas chose facile, mais revenons sur ce statut spécifiquement français qui pose débat et posons nous les bonnes questions : A J-5 d’Avignon doit-on s’attendre à d’autres manifestations cette année ? Où en est-la lutte à l’heure actuelle?

L’intermittence n’a rien d’un statut d’artiste idéal mais il s’agit d’un régime de chômage : contre une certaine flexibilité des travaux « fragmentés » réalisés par les techniciens du son, du spectacle vivant et du cinéma, les intermittents du spectacle demandent une protection sociale de qualité qui leur permet de toucher une allocation au chômage et une retraite. A la question « Pour le Medef, le débat est-il juste un débat comptable ou idéologique ? » posé par Marie-Jo Sirach pour l’Humanité, Mathieu Grégoire, enseignant chercheur, répond simplement « Les deux. C’est une lutte économique parce qu’il est évident que priver une partie de la population de couverture chômage est une source d’économie. » Pour cesser de considérer le statut des intermittents du spectacle pour des privilégiés, il faut mettre fin aux approximations renchérit Samuel Churin, acteur et connu pour son action au sein de la Coordination des Intermittents et des Précaires d’Île-de-France (CIP) « Chers amis, il est difficile de répondre individuellement à toutes les questions sur l’accord concernant les intermittents du spectacle, c’est pourquoi il m’a paru important d’apporter quelques précisions. Beaucoup d’approximations et de désinformations circulent, cela laisse place à beaucoup de rumeurs. « . C’est ce que confirme un intermittent, interwiewé par mail « Ce qui est le plus difficile à vivre actuellement est cette manipulation médiatique, visant à déclarer des choses fausses pour rendre le statut d’intermittent impopulaire. » Il cite un exemple assez frappant, qui donne à réfléchir :«  À l’époque un journaliste en vue, m’avais dit en aparté, « nous sommes obligés de vous descendre si l’on veut conserver nos propres avantages ». 

Samuel Churin se rend disponible sur internet au travers d‘un article dédié à l’analyse et aux réponses aux questions sur les intermittents. Dans un bilan du 28 Juin, il souligne ce qu’il leur reste à faire pour une victoire complète. « Je pense qu’il est très important d’acter cette victoire de la lutte. Nous ne devons pas reproduire l’erreur faite après la victoire au conseil d’état. Plus nous défendrons notre accord, plus nous l’acterons, plus il sera difficile de nous le retirer. Une occasion unique nous est donnée : faisons enfin une pause sur les annexes 8 et 10 et intéressons-nous au sort de tous les chômeurs. » Le Plan d’action pour le développement d’emploi les concertants, proposé par Myriam El Khomeri en 14 points, est pourtant la preuve d’un élan de la part du gouvernement mais qui n’est pas suffisant, et ne touche pas le problème de fond, qu’est finalement la loi du travail en partie. Cet intermittent contacté ajoute à ce propos « je travaille largement plus que les 507 heures requises, je n’ai pas l’impression de « voler » la société ». Samuel Churin ajoute donc une nouvelle ambition pour leur cause, c’est à dire d’élargir les personnes concernées à une cause plus globale : »Les intermittents du spectacle doivent sortir du piège corporatiste et de battre pour le droit de tous les chômeurs? Nous savons intimement l’importance de l’assurance chômage dans nos vies, nous sommes les mieux placés pour imaginer une vie sans ce droit fondamental. Ainsi j’espère que tous les mercis que nous recevons seront transformés en actions ». Si la question d’Avignon ne semble pas sur toutes les lèvres, la mobilisation reste leur mot d’ordre et il est possible que les différentes manifestations contre la loi du travail rejoignent la lutte des intermittents. L’an dernier, le mouvement de grève avait entraîné l’annulation de plusieurs spectacles dans le ‘In’ et un manque à gagner de plus de 300.000 euros et les spectacles d’ouverture annulés. Cette année restons sur nos gardes même si aucune menace de grève est annoncée (pour le moment). Les dates des différentes manifestations ne sont pas encore disponible, néanmoins le nouvel accord assurance chômage pourrait rentrer en vigueur le 15 Juillet et ne devrait pas dépasser le 1er Aôut.  

Rappel de 2014..

Visuel : ©TheShoes / Banque image 3D à la Une


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: