Hommage à Bénédicte Pesle

20 janvier 2018 Par
Raphaël de Gubernatis
| 0 commentaires

Dans l’ombre, avec lucidité et avec passion, Bénédicte Pesle (disparue le 17 janvier dernier) aura beaucoup plus fait pour la Culture en France, mais aussi en Europe, que bien des ministres sans vision qui se sont succédé à la rue de Valois. C’est elle qui pilota la première apparition de Merce Cunningham à Paris et qui fera tout pour l’imposer à l’opinion ; c’est elle qui assura la promotion de la fleur de l’avant-garde américaine, de Robert Wilson à Lucinda Childs en passant par Trisha Brown, Douglas Dunn, Viola Farber, Karole Armitage, Philip Glass, Andy DeGroat, Stuart Sherman, Richard Foreman ou Meredith Monk…Plus que personne, elle aura contribué à la révolution esthétique qui a bouleversé la France dès les années 1970, au basculement de la danse, et du théâtre aussi, dans la modernité