[Débat] Euro 2016 : les fan-zones accueilleront bien les supporters malgré l’état d’urgence

9 juin 2016 Par Gilles Herail | 0 commentaires

Le débat sur les fan-zones (les espaces de rassemblement du grand public autour d’un écran géant) a fait rage ces dernières semaines, alors que l’état d’urgence a été prolongé jusqu’en juillet. Retour sur les arguments des pro et anti et présentation des lieux retenus où l’on pourra finalement regarder les matchs, entre amis, collègues, famille à Paris ou en Province.

La sécurité de la compétition européenne de football, qui ouvre vendredi avec le match France / Roumanie, a fait l’objet de nombreux débat depuis des semaines (voire des mois). Alors que le gouvernement a justifié la prolongation de l’état d’urgence jusqu’en juillet par l’organisation du Tour de France et de l’Euro 2016, la question des fan-zones a focalisé l’attention des médias. Avec cette question pas si évidente : faut-il ou non maintenir ces lieux de rassemblements populaires qui pourraient être la cible d’attaques terroristes, mais surtout de débordements de hooligans ?

Les antis se sont inquiétés de la possibilité d’assurer la sécurité de ces espaces, dans un contexte de sur-mobilisation des forces de l’ordre depuis plusieurs mois, en raison de l’Etat d’urgence et du mouvement social lié à la loi El Khomri. Le directeur des services de renseignements a fait part des menaces terroristes qui pèseraient sur la France, cible désignée de l’Etat islamique et d’Al-Quaida. L’arrestation récente d’un militant d’extrême-droite en Ukraine, préparant des attentats contre des mosquées et des synagogues, a rappelé que le menace pouvait venir d’extrémismes de tous bords. Le préfet de police de Paris a enfin alarmé sur la gestion des groupes de hooligans, lors de matchs à haut risque (Turquie-Croatie, Allemagne-Pologne, etc.).

Le gouvernement et la maire de Paris ont finalement écouté les arguments des « pro » et validé l’installation de plusieurs fan-zones en Île De France, pour ceux qui n’auront la chance d’assister aux matchs du Parc des princes et du Stade de France (Tour Eiffel / Champ de Mars, Saint Denis Parc de la légion d’honneur).  Des espaces dédiés seront également prévus dans les 9 autres villes hôtes (Nice, Toulouse, Bordeaux, Saint Etienne, Marseille, Lille, Lens et Lyon. Plusieurs hommes et femmes politiques LR ont vivement condamné ce choix (David Douillet, Frédéric Péchenar, etc.) qui semblait pourtant inéluctable, pour éviter de sombrer dans la psychose et la peur irraisonnées.

On espère donc retrouver le caractère festif, joyeux et populaire de Coupe du monde 1998 (souvenir ému) et on vous laisse sur un dessin de Delucq qui nous parle d’un autre risque, beaucoup moins évoqué par les médias: le brain-washing des campagnes de pub matraquées par les sponsors.

Gilles Hérail

Pour s’y retrouver: la liste, la localisation et les horaires de chaque fan-zone.

delucq

Visuels: dessin de @Delucq


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: