Disparition du Tarmac: le Ministère reçoit Valérie Baran

11 février 2018 Par
Ines Guillemot
| 0 commentaires

Après avoir annoncé la disparition du Tarmac, le Ministère de la Culture recevait vendredi 9 février la directrice du théâtre, pour échanger sur cette « transition ».

logo-tarmac-noir2

Nous en étions restés là: un communiqué du Ministère de la Culture annonçant la disparition du Tarmac à la fin 2018, puis, des réactions vives, dans le monde de la culture et de la politique, la manifestation d’une incompréhension générale et une grande inquiétude pour l’avenir de la francophonie. On peut le dire, l’annonce de la disparition du Tarmac a suscité l’émoi dans les milieux culturels. La ministre réagissait vendredi, en recevant la directrice Valérie Baran afin d’ « échanger sur cette transition », dans un « dialogue constructif ».

Sa position s’est pourtant maintenue. Dans un nouveau communiqué, Françoise Nyssen réaffirmait la disparition du Tarmac à la fin 2018, au profit du Théâtre Ouvert, dirigé par Caroline Marcilhac. En recherche d’un lieu depuis deux ans, cette scène dédiée aux écritures contemporaines reprendra le flambeau de la francophonie dès janvier 2019, en « s’ouvrant davantage » et en « donnant une plus grande visibilité à la scène francophone ultramarine ».

Sur ce point, la ministre se veut rassurante: à l’indignation de voir le Ministère substituer un théâtre à un autre, s’était ajoutée l’inquiétude vis-à-vis de l’avenir de la francophonie. Françoise Nyssen affirme que le Théâtre Ouvert poursuivra l’effort francophone du Tarmac: « la place des artistes et des auteurs francophones sera bien évidemment inscrite dans le nouveau projet de Caroline Marcilhac ». En particulier, « les moyens aujourd’hui alloués au Tarmac seront maintenus ». Le théâtre tournait jusque-là avec un budget annuel de 2,1 millions d’euros, dont 1,6 millions étaient alloués par l’État.

En revanche, ce ne sont pas un mais deux projets qui seront pris en charge, via un partenariat entre le Théâtre Ouvert et le festival des Francophonies en Limousin. D’autres projets devraient également voir le jour: la ministre de la Culture a décidé de « confier une mission à l’Inspection générale du ministère de la Culture », afin de « formaliser des propositions concrètes » en faveur de la francophonie. Françoise Nyssen fait donc le pari de la diversification de l’offre culturelle francophone, sans visiblement accroître le budget qui lui est consacré. Reste également à voir si les réseaux francophones vont suivre: pour les défenseurs du Tarmac, le succès du théâtre répondait à un fort ancrage territorial, et à un travail « de terrain ».

Quant à l’avenir du Tarmac, les ambiguïtés demeurent: que deviendront les artistes, la direction, les partenaires ? Seront-ils réintégrés au sein du nouveau projet ? Les soutiens continuent de s’exprimer: la pétition « Défendons le Tarmac! » a dépassé les 11 000 signatures. Une soirée de soutien en faveur du théâtre aura également lieu lundi 12 février, à partir de 18 heures au Tarmac (159 avenue Gambetta, 75020 Paris).

Visuel: logo du Tarmac