La Coursive façon Franck Becker

20 juin 2018 Par
Cedric Chaory
| 0 commentaires

73 spectacles pour la première saison pensée par Franck Becker à la tête de La Coursive, Scène nationale de La Rochelle. De (très) grands noms, de l’émergence, du local, quelques menus changements pour une programmation 3 étoiles. Bravo !

©Charles Pétillon

©Charles Pétillon

L’après Jackie, suite et fin please.

Et si l’affiche de la saison 2018-19 de La Coursive, Scène nationale de La Rochelle dirigée depuis l’an passé par Franck Becker, nous envoyait un message subliminal ? Qu’y voit-on ? Un homme seul, dans un désert surchauffé. Les pieds solidement ancrés dans la terre et le corps presque intégralement recouvert de ballons de baudruche blancs. Il semble prêcher seul dans cet espace aride, se jouant des nuages environnant sa tête.

L’ex-directeur de la scène nationale de Quimper, homme discret et affable, a avalé bien des couleuvres cette année. Succédant à Jackie Marchand qui a tenu d’une main de maître La Coursive 28 ans durant n’est pas chose aisée mais, face à l’adversité, Franck Becker a tenu bon, les pieds solidement ancrés dans le sol (pragmatique) et la tête dans les nuages (pour prendre de la hauteur et un peu d’air pur dans une Coursive à l’atmosphère quelque peu vicié ces derniers mois). Un peu comme cet homme sur cette belle affiche signée Charles Pétillon.

Il y a tout juste 3 jours, la scène 12, acte 4 de La Coursive : L’après Jackie se jouait en pleine page de la Une du canard local Sud Ouest : Michel Sala, en total désaccord avec son actuel directeur, annonçait quitter la présidence de l’association gérant le théâtre. Principal grief parmi un nombre conséquent : la fusion de la Scène nationale rochelaise avec le Théâtre de la Coupe d’Or de Rochefort, joli théâtre à l’italienne de la cité voisine. Une mutualisation, somme toute, dans la droite lignée des actuelles fusions des théâtres publics régionaux.

Cet énième coup d’éclat, au timing impeccable – 72 heures avant la présentation aux médias locaux de la saison 18-19 de La Coursive, première entièrement conçue par Franck Becker – n’a cependant pas ébranlé le directeur, tout heureux de présenter ce jour aux journalistes, et accompagné de son nouveau Conseil d’administration, une programmation de très haute facture.

Parité, régionalité et stars internationales

Fidèle aux cahiers des charges d’une scène nationale, à savoir la diffusion, le soutien à la création et l’action culturelle, la saison qui s’annonce distille subtilement son vent de fraîcheur à La Coursive.

Construite selon les équilibres traditionnels entre théâtre, danse, cirque et musique elle initie, et pour les quatre années à venir, une nouvelle politique de soutien à la création qui prendra la forme de compagnonnage avec huit artistes associés où la parité est reine.

Artistes confirmés ou émergents, ce groupe pluri-générationnel est un casting de rêve. Les metteur-e-s en scène Julie Deliquet et Joël Pommerat, les chorégraphes Marion Muzac et Kader Attou, les circassiens Vimala Pons, Tsirihaka Harrivel et Yann Frisch et les musiciens Amandine Beyer et Thomas de Pourquery forment la première dream team de Franck Becker, « beau bouquet d’artistes associés » dont il salut « la créativité, sensibilité et capacité à réinventer leur art ». Certains d’entre eux travaillent d’ores et déjà à leur création à venir, tous sont intégrés dans la dite saison.

Saison aux 73 propositions : 20 en théâtre, 14 en musique du monde, 10 en danse, 10 en musique classique et 8 en cirque. 62 seront présentées à La Coursive et 3 à La Coupe d’Or dans le cadre du nouveau partenariat mis en place cette année. Sans oublier les 7 concerts qui seront donnés dans le cadre du prestigieux festival Ré Majeur dirigé par Marc Minkowski, directeur de l’Opéra National de Bordeaux.

Si La Coursive soutient très activement la scène locale en proposant 10 spectacles d’artistes installé-e-s en Nouvelle-Aquitaine (Pyramid, Thierry Malandain programmé dans le cadre des 20 ans de la compagnie à Biarritz, Kader Attou, Odile Grosset-Grange, O.p.U.S …) tout en poursuivant ses partenariats avec La Sirène (SMAC) et le CCN de Kader Attou (notamment en accueillant une partie de la programmation de la 3ème édition de son festival hip-hop Shake La Rochelle), le théâtre déroule aussi le tapis rouge au nec plus-ultra de la scène internationale : Thomas Ostermeier (qui foulera pour la première fois les planches de  l’ancien couvent des Pères Carmes avec Retour à Reims), la Cie Marius, Anne Teresa de Keersmaeker, Michèle Anne de Mey, Dada Masilo, la Companîa nacional de Danza de Espana, Robin McKelle, Seon-Jin Cho (qui ne jouera la saison prochaine dans l’Hexagone qu’à Aix et La Rochelle !)

Des locomotives rejointes par une scène nouvelle et talentueuse telle : les metteurs en scène Thomas Joly, Cyril Teste, Thomas Quillardet, la chorégraphe Jann Gallois

Parmi les quelques doux changements de la programmation : Avis de temps-fête soit trois temps forts thématiques qui rythmeront l’année. Un rendez-vous par trimestre présenté sous la forme d’un florilège de spectacles autour d’un thème commun (cirque, théâtre-cinéma, jeune public) et les concerts au chocolat, 5 dimanches mélomanes et gourmands autour de la musique de chambre.

La Coursive façon Franck Becker c’est donc une saison 3 étoiles qu’on hâte de savourer, proposant quelques menues variantes par rapport à l’ancienne direction. C’était bien la peine de nous jouer la scène 12 ! Allez : the show must go on, Monsieur Becker !

Cédric Chaory.