Le metteur en scène de théâtre Pierre Debauche est décédé

31 décembre 2017 Par
Stacie Arena
| 0 commentaires

Deux jours avant Noël, celui que l’on surnomme « l’homme de théâtre », s’est éteint à l’âge de quatre-vingt sept ans, à Agen. Retour sur une carrière à plusieurs facettes d’une figure du théâtre français, à qui l’on doit notamment « Les Francophonies ».

738_debauche

Pierre Debauche est né à Namur en Belgique, le 5 février 1930. Metteur en scène, comédien, professeur ou encore poète, il nous faudrait des journées entières pour rendre hommage à l’intégralité du travail accompli par cet amoureux de la poésie, figure emblématique de la décentralisation théâtrale en France.

Dans les années soixante, Pierre Debauche quitte sa Belgique natale pour la ville de Paris, où il entame une carrière de théâtre. Un début de vocation qui ne s’arrêtera jamais et le mènera à Vincennes, où il crée notamment, le théâtre Daniel Sorano en 1963. Deux ans plus tard, il fonde le théâtre Les Amandiers à Nanterre et le Centre Dramatique National de la ville en 1971. C’est à ce moment que Pierre Debauche débute sa carrière d’enseignant, au Conservatoire National D’Art Dramatique à Paris, où il y passera neuf ans de sa vie.

Derrière le rideau rouge, un homme de transmission 

dsc_0533

Pierre Debauche n’est plus, mais laisse derrière lui un héritage sans précédent. Toujours désireux de donner une voix aux jeunes comédiens, il ne cessera de travailler, d’entreprendre et de toujours mettre en lumière la nouvelle scène du théâtre français. C’est comme cela qu’est né, le Théâtre du Jour à Agen dans les années quatre-vingt-dix. Après avoir posé ses bagages dans la ville en 1994, le Théâtre du Jour est d’abord une école. Pierre Debauche dirigera cet établissement aux cotés de son épouse, la comédienne Françoise Danell jusqu’à sa mort.

Dans la continuité du Théâtre du Jour, Pierre Debauche crée le Théâtre-École d’Aquitaine en 1994, qu’il monte de toutes pièces dans un ancien dépôt pharmaceutique à Agen. Cette école délivre depuis 2014, une licence « Arts du Spectacle – option Théâtre » et forme de jeunes acteurs, produit et diffuse des spectacles de qualité.

Pierre Debauche, pilier de l’esprit de la francophonie

Le metteur en scène franco-belge crée sa propre compagnie en 1982 : « La Compagnie Pierre Debauche ». Deux ans plus tard, il est à la tête de la direction du Centre Dramatique National du Limousin dans la ville de Limoges. C’est à cette période que lui vient l’idée d’un festival, une idée qu’il partage avec son grand ami Jean-Marc Grassin et qu’il fera naître en 1984, le « Festival des Théâtres Francophones ».

Aujourd’hui, le festival a été rebaptisé « Les Francophonies » et présente des centaines d’écrivains de langue française, qui n’hésitent pas à parcourir des milliers de kilomètres pour s’y rendre. Ce festival est aujourd’hui à l’image de son fondateur, un espace ouvert d’esprit, novateur et qui réunit tous les artistes francophones du monde, dans une région de France, et non pas à Paris, dans le droit fil de la décentralisation.

Il a permis notamment à des auteurs ou metteurs en scène tels que Robert Lepage, canadien, Sony Labou Tansi, congolais ou encore Werewere Liking, ivoirien de pouvoir diffuser leurs oeuvres pour la première fois en France, leur ouvrant des portes déterminantes. pierre

La même année, Pierre Debauche crée une antenne à ce festival, l’Université de la Francophonie qui proposera tous les ans, une série de colloques, tables rondes, stages, expositions ou encore des débats dans diverses disciplines. C’est en résumant un tel parcours, que nous viennent les mots de ce grand monsieur : « J’ai amené le théâtre partout où il manquait à mon goût… », et on imagine que son dernier voyage en sera ainsi fait.

Visuels : ©Théâtre du Jour, ©Youtube capture d’écran