Mathieu Gallet révoqué par le CSA

1 février 2018 Par
Ines Guillemot
| 0 commentaires

Suite à sa condamnation pour « favoritisme » alors qu’il était à la tête de l’INA, Mathieu Gallet est révoqué de ses fonctions de Président de Radio France. Une décision annoncée mercredi 31 janvier par le CSA.

bartek-warzecha

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a statué. Condamné pour « favoritisme » alors qu’il était à la tête de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA), Mathieu Gallet devra renoncer à son poste de Président de Radio France à partir du 1er Mars. Le CSA annonçait mercredi dans un communiqué qu’il lui « retirait son mandat ». Une décision inédite dans l’histoire de l’audiovisuel public.

Françoise Nyssen, qui s’était opposée au maintien de l’ex-président de l’INA à la tête de Radio France, a remercié Mathieu Gallet pour son « engagement » à la tête de l’institution. Elle a réaffirmé son attachement pour « l’exemplarité des dirigeants des entreprises », en particulier dans le service public: « c’est une condition absolue de bonne gouvernance et de légitimité des services publics et des acteurs qui en sont responsables ». Alors, victoire de l’intégrité ?

En tout cas, les pressions du gouvernement auraient eu raison du PDG de Radio France qui, depuis sa condamnation, entretenait des relations conflictuelles avec la Ministre de la Culture. Celle-ci avait ouvertement questionné la légitimité de Mathieu Gallet à la tête de Radio France, en l’appelant à « tirer les conséquences de sa condamnation ». Le CSA a estimé que cette mésentente pourrait nuire au bon fonctionnement du service public:

« Au terme d’un débat collégial, le conseil a pris en compte l’intérêt général et le bon fonctionnement du service public audiovisuel à l’exclusion de toute autre considération. Il a en particulier estimé que pour assurer dans de bonnes conditions la gestion d’une société détenue à 100 % par l’Etat, il importe que les relations d’échange et de dialogue entre les représentants de l’Etat et le président-directeur général de la société soient denses, confiantes et permanentes, dans un contexte de réforme majeure de l’audiovisuel public annoncée par le pouvoir exécutif. »

Visuel: ©Bartek Warzecha