Google investit dans le Robot Journalisme

10 juillet 2017 Par
Gaspard de Florival
| 0 commentaires

La firme de Mountain View vient de financer « Radar » hauteur de 706 000 euros. Lancé par la Press Association, « Radar » est un média local britannique qui produira du contenu journalistique par le biais de l’intelligence artificielle.

7546440028_02fe6a6ec7_o

On connaissait Syllabs en France, voici Radar en Grande-Bretagne. Avec Radar (Reporters And Data and Robots) qu’il a financé via le fonds Google « Digital News Initiative » à hauteur de 706 000 euros,  la firme de Mountain View mise sur une nouvelle forme de journalisme numérique. Un journalisme qui profiterait de l’écriture automatique des machines pour produire en masse de l’actualité et du contenu. Radar, qui rassemble plusieurs titres britanniques, aura la tâche de soutenir la presse locale. Capable de produire quelque 30 000 articles par mois, les machines et les journalistes travailleront de concert. On peut lire dans la description du projet que « Cela va permettre de booster le secteur des médias locaux dans une période où les budgets sont toujours plus serrés tandis que l’intérêt du public pour les informations locales est plus élevé que jamais ».

Radar n’est pas le premier projet du genre. Comme mentionné ci-dessus, Syllabs se charge, en période électorale,  de fournir au journal « Le Monde » des articles d’analyses des résultats via la data des votes. De même, aux Etats-Unis, le Washington Post, avait utilisé le même processus pour couvrir les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro. Le rôle de radar sera lui celui d’un support non négligeable à l’heure des restrictions budgétaires afin de permettre aux journalistes d’entreprendre davantage de travail de terrain et d’investigation.

Pas question donc de remplacer les journalistes. Peter Clifton, rédacteur en chef à la Press Association explique en effet au Guardian que « Les journalistes humains qualifiés seront vitaux dans ce processus » et de poursuivre « Mais Radar nous permet d’exploiter une intelligence artificielle pour produire un volume d’articles qui serait impossible à atteindre manuellement ». De plus, les journalistes restent aujourd’hui indispensables pour donner un ton à leurs papiers et faire que ces derniers s’alignent sur la ligne éditoriale.

Peter Clifton assure qu’auprès des médias locaux, les retours sont positifs.  « Nous avons déjà fourni un aperçu de nos projets auprès de certains de nos clients régionaux, et ils ont tous été conquis. L’un l’a qualifié d’ingénieux. »

 

Visuel: © SEO