Frédéric Schlesinger dévoile la grille de rentrée d’Europe 1

19 juillet 2017 Par
Gaspard de Florival
| 0 commentaires

Le nouveau vice-PDG de la station entend « faire revenir le plus rapidement possible les 500.000 auditeurs qui ont quitté Europe 1 ». 

europe-1

Frédéric Schlesinger, le nouveau vice-PDG d’Europe 1 a du pain sur la planche. La station qu’il a rejoint il y a maintenant quelques mois connait de grandes difficultés. L’audience  est tombée, en avril dernier, à 7,7 % de parts de marché, loin derrière RTL (12,2 %) et France Inter (11,6 %), son plus bas niveau historique. L’ex numéro deux de Radio France, qui a forgé le succès de France Inter ces dernières années, est un habitué des couloirs d’Europe 1 puisqu’il y a passé une partie de sa carrière, entre 1997 et 2003. Mais les choses ne sont plus les mêmes et la station connait une traversée du désert. D’autant que les prochains chiffres de Mediamétrie risquent, eux aussi, de ne pas être bons.

Frédéric Schlesinger arrive en position de force rue François Ier. Il aura la main sur les programmes, la rédaction, le numérique ainsi que les deux autres radios du groupe Lagardère, Virgin Radio et RFM. Mais la priorité est bien Europe 1. Mais voilà, comment regagner la confiance des auditeurs? « C’est un truisme de dire que le monde a changé et que nos auditeurs aussi. Europe 1 doit regarder devant, retrouver un temps d’avance, respirer les années 2020, défricher de nouveaux territoires, retrouver du charisme et du talent, en s’appuyant sur des formats et des thématiques nouveaux. Les piliers de la station sont les piliers de notre vie. Le savoir, la connaissance pour mieux comprendre. Le rire et la curiosité pour avancer, malgré tout… » explique-t-il.

Les piliers de la station, mis à part Thomas Sotto, sont toujours là. Dès septembre, les auditeurs retrouveront Maxime Switek le midi, Wendy Bouchard ou encore David Abiker. La matinale, sera comme annoncé, animée par Patrick Cohen, choisi pour « son extrême rigueur et son talent d’intervieweur à qui on ne la fait pas… ». Il sera accompagné par Hélène Jouan pour la politique et de Vincent Hervouët pour l’international. Selon Frédéric Schlesinger, la matinale sera « éclectique et ouverte au monde et se clôturera par une demi-heure consacrée au monde du divertissement et de la culture, au sens large. Nicolas Canteloup sera toujours là. « 

Après la matinale se succèderont Philippe Vandel, fraichement débarqué de France Info, pour une demi-heure consacrée à la télévision et aux médias. Suivra Daphné Bürki qui quitte Canal+ pour relever la tranche horaire du 10h-12h, l’un des points faibles de de la station. Après le déjeuner, l’historien Franck Ferrand conservera son émission « Au coeur de l’histoire », qui fonctionne plutôt bien.

Christophe Hondelatte, sera, quant à lui aux commandes du 17h-19h pour une heure consacrée aux grandes affaires suivie d’une heure d’actualité chaude. Sacré défi pour l’animateur que de concurrencer Laurent Ruquier sur RTL. On se souvient que Cyril Hanouna et Alessandra Sublet s’étaient cassés les dents sur cette tranche horaire ces dernières saisons. Entre 19h à 21h, Frédéric Taddéï, lui aussi habitué de l’antenne, animera deux heures de débats d’idées et de culture. L’idée de Frédéric Schlesinger est la suivante: « nous voulons faire d’Europe 1 une radio engagée qui répond à l’exigence de moralisation de l’espace public, qui dresse le portrait de son époque en se plaçant dans le tempo de l’Histoire qui s’écrit au quotidien, en France et dans le monde. avec toute la réflexion nécessaire pour discerner les enjeux de demain. ».

Visuel: © wikipedia