Mastodon : le nouveau réseau social qui fait de l’ombre à Twitter

20 avril 2017 Par
Laetitia Zicavo
| 0 commentaires

Un peu de renouvellement dans le choix de réseaux sociaux : voilà une bonne nouvelle qui va apporter un coup de frais sur la planète web. Et quel succès ! Ce mois-ci, le site a vu son nombre d’abonnements exploser, notamment en France. Tant et si bien que Mastodon.social a dû clore momentanément ses portes à de nouveaux inscrits.

fluffy-elephant-friend-6b47d8e924332955795ff4b2d8fc446437d26b28bfc67d6be2a4d88995ab2c1f

C’est le 5 avril que tout a basculé pour Mastodon.social : en quelques heures seulement, le site est passé de moins de 20 000 à 40 000 abonnés. Cela a provoqué une rupture du site « Pour cause d’affluence exceptionnelle, les inscriptions sur cette instance sont fermées jusqu’à ce que la qualité de service puisse être assurée pour les utilisateurs actuels » [NDLR : traduit de l’anglais depuis Mastodon.social]

Une nouvelle plateforme libre et décentralisée

Créé en octobre 2016 par Eugène Rochko, Mastodon.social est un nouveau réseau social qui vient concurrencer Twitter ou Facebook. Sa spécificité est qu’il n’est pas un réseau privatif, et ne dépend donc pas d’un système monopoliste. Le logiciel en open source est librement modifiable par une « communauté » et sans pub. De plus, son système est décentralisé puisque le site fonctionne par « instances » créées et gérées par les utilisateurs eux-mêmes, sachant qu’il n’y a pas de « serveur maître » ou d’autorité ayant le moindre contrôle sur les autres. Lors de l’inscription, le « pouetos » choisit son « instance » parmi la liste de celles proposées par le Mammouth jaune et peut ainsi commencer à communiquer avec les autres membres de ce qui ressemble ainsi à un forum.

mastodon_desktop_web_screenshot

La mise en page de Mastodon est assez proche de Tweetdeck, l’application logicielle rachetée par Twitter qui permet de gérer plusieurs comptes à la fois, via une interface qui affiche plusieurs timelines (ou historiques). On « pouète » (« toots » en anglais) au lieu de « tweeter » mais le principe reste similaire. Ces pouets sont limités à 500 caractères contrairement aux 140 signes d’un tweet.

Le ras-le-bol du trafic de données personnelles

Ce qui a provoqué un tel nombre de nouveaux abonnés sur Mastodon c’est aussi un ras-le-bol général de la collecte de données personnelles via des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. C’est à coup de pubs ciblées sur nos goûts (ou cliques) que les géants de la sociabilité ont peu à peu dégoûté de nombreux utilisateurs. La confidentialité est un aspect de plus en plus recherché et Mastodon répond à cette demande croissante.

Un véritable buzz qui signe un désaveux généralisé de l’oiseau bleu. Mastodon.social est une alternative intéressante : un réseau « vraiment social » .

 Visuel : © Image Mastodon.social

© Capture d’écran Mastodon/Wikipédia


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *