Macron et les journalistes

19 mai 2017 Par
Sarah Lapied
| 0 commentaires

La présidence Macron a à peine débuté que des tensions apparaissent déjà entre son équipe de communication et les journalistes de rédactions nationales. Ceux-ci ont adressé au président une lettre pleine d’interrogations quant au libre exercice de leur métier à l’avenir.

capture

Page Twitter de Quotidien

Alors que Libération publiait hier soir une lettre adressée à Emmanuel Macron, signée par 26 sociétés de journalistes de tendances politiques différentes, et s’inquiétant de l’organisation de la communication présidentielle dans ses relations avec la presse (« Ce n’est pas au président de la République, ou à ses services, de décider du fonctionnement interne des rédactions, du choix de leurs traitements et de leurs regards« ), on apprenait que les conseillers du président avaient contacté les rédactions de ces différents journaux pour leur suggérer d’envoyer certains journalistes plutôt que d’autres, des « spécialistes selon le thème abordé lors de tel ou tel déplacement« , précise Sylvain Fort, responsable de la communication du président, au Monde ce matin. Ce dernier a expliqué avoir plutôt cherché à « bousculer les habitudes » des rédactions qu’à censurer certains journalistes. Le Monde ajoute cependant que depuis l’investiture de Macron le 14 mai dernier, plusieurs événements ont perturbé le travail des journalistes, comme des « problèmes d’accréditation pour la passation des pouvoirs,  un accès beaucoup plus limité des photographes aux activités du président, la rareté des échanges« .

Une manœuvre de la part de la communication de Macron qui est donc présentée par celle-ci comme un malentendu mais qui suscite déjà l’inquiétude chez certains journalistes : certains, comme Frédéric Says sur France Culture, vont jusqu’à comparer cet interventionnisme à de la propagande en évoquant le Bureau de l’Information en temps de guerre. En tout cas, cet épisode rappelle que l’équipe de communication du président est puissante et millimétrée, comme l’a montré le documentaire sur Macron diffusé sur TF1 au soir du second tour, « Les coulisses d’une victoire ». Les journalistes auront sans doute souvent affaire aux conseillers du président, et l’ère de transparence quasi-totale du mandat Hollande semble terminée. De là à entraver la liberté de la presse ? Seul l’avenir le dira…

Visuel : © S. DE LA MOISSONNIERE/IP3