Le théâtre de l’Athénée ouvre ses portes après un an de travaux

23 septembre 2016 Par David Rofé-Sarfati | 0 commentaires

Inauguré en 1896 et classé monument historique, l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet n’avait pas connu de campagne de travaux depuis une vingtaine d’années. Depuis, l’activité théâtrale intense et la fréquentation élevée de l’Athénée ont rendu nécessaire un nouveau programme de restauration et d’aménagement.

Avant l’Opéra-Comique qui ouvrira fin de l’année, avant le Théâtre de la Ville et le Théâtre du Châtelet qui fermeront respectivement en octobre et fin février pour deux ans de travaux, le plus petit théâtre lyrique de la capitale (570 places), l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet rouvre ses portes ce week-end après un an et 18 millions de travaux.

Ce théâtre à l’italienne classé et marqué par la figure du mythique Louis Jouvet de 1934 à 1951, alternera sa programmation entre théâtre et spectacle musical. Il est depuis 1982 où il fut offert à l’Etat par Pierre Bergé une théâtre public. De 1982 à 1993, la direction est assurée par Josyane Horville, qui invite de jeunes metteurs en scène : Daniel Mesguich, Alain Françon, Christian Rist …

Places Debout à 10 euro

Au programme pour la réouverture la « Symphonie fantastique » de Berlioz revisitée par l’ensemble Le Balcon et le jeune chef Maxime Pascal. Les fauteuils de l’orchestre ne seront pas remontés et le public « populaire » pourra assister debout à l’œuvre  de Berlioz, pour seulement 10 euros la place. Ces tickets « debout » seront vendus une heure avant le spectacle à la billetterie du théâtre. 

Philippe Caubère

Au programme du cycle  théâtre Philippe Caubère donnera ses deux monologues culte « Le Bac 68″ et « La Danse du diable » . Qui mieux que lui figure l’esprit du lieu. L’histoire du théâtre français s’écrit et continuera à s’écrire dans ce lieu restauré mais identique.  Le public y retrouvera même ses habitudes, les fauteuils d’époque ont été conservés, leur assise seulement rénovée.

 


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: