L’agenda des soirées du week-end de la semaine du 26 janvier

26 janvier 2018 Par
Stacie Arena
| 0 commentaires

Découvrez l’agenda des soirées du week-end de cette semaine ! Il va falloir prendre son courage à deux mains (et surtout son ciré et les bottes) pour mettre le nez dehors… Si la Seine nous a privé des soirées du Faust, pas d’inquiétudes on vous a réservé de quoi passer un excellent week-end ! À vos agendas !  

Samedi 27 janvier, La Rue Kétanou, Le Forum de Vauréal (95), Val d’Oise

Un trio fantasque qui brise les codes, un cocktail explosif qui fait danser les foules depuis plus de dix-sept ans. Dix-sept ans d’cavale, de chansons festives, réalistes et engagées, de guitares, d’airs d’accordéon, d’harmonica et de percussions endiablées ! Dix-sept et La Rue Ketanou est toujours là, chansonniers et poètes, funambules acoustiques extravagants, suivis par un public toujours aussi nombreux. La preuve… Ces dernières années de tournée, riche d’émotions et d’engagement, ont réuni plus de 100 000 spectateurs en salles dont le Cabaret Sauvage, le Trianon et l’Olympia complets !

« Parce que c’est pas nous qui sommes à la rue, c’est la Rue Kétanou ! « 

Tarif sur place : 22 euros – Tarif en préventes : 20 euros

Pour plus d’informations, rendez-vous ici !

Samedi 27 janvier, La Globodega au club Le Globo, Paris 

Depuis maintenant plusieurs années il existe un lieu dont l’adresse se transmet par le bouche à oreille dans les soirées parisiennes… Il paraîtrait qu’on y ferait la fête comme à Dax ou à Bayonne et qu’on aurait l’impression d’être en vacances chaque samedi soir… Et bien oui c’est vrai si tu veux rigoler, danser, faire la fête et surtout n’importe quoi…. rendez-vous à la GloboDega !! Chaque samedi on te prépare des surprises, tu peux venir et tomber sur un taureau mécanique, sur une soirée sosie de Cloclo, sur des animations avec des Coyotes Girls… En bref, tu es sûr de rigoler… Par contre il y a une règle à laquelle il est impossible de déroger si tu veux venir… Il faut être Souriant !

Pour plus d’informations, rendez-vous ici !

Samedi 27 janvier, Nina Kraviz, Concrete, Paris 

Parmi la programmation pléthorique et roborative de la péniche la plus branchée sur la Seine, véritable marathon sonore non-stop pour tout le week-end dès le vendredi, le passage de la Russe n’est pas à manquer. Ravissante, Nina Kraviz ne suscite pas l’indifférence, jouant d’ailleurs avec adresse de sa cote de popularité pour entretenir ce que certains jalousent : une vraie réussite derrière les platines et avec son label Trip, qui a par exemple révélé le prodige Bjarki. Il serait superficiel de s’arrêter aux mimiques de la belle sur scène. L’ancienne étudiante dentaire sait parfaitement construire un set en distillant quelques vieux classiques (y compris trance, option Bonzaï records) pour les remettre au goût du jour. Avec grâce et efficacité. (texte écrit par Rodolphe Pete)

Infos pratiques : Concrete, 69 port de la Rapée, à partir de 22 heures. Gratuit avant minuit, puis 15 euros.

Pour plus d’informations, rendez-vous ici !

Samedi 27 janvier, The Hacker, « Les rencontres électroniques 2 », Cahors

Même s’il se produit en dj set et non en live ce soir-là, Michel Amato a toujours une belle histoire à raconter aux platines. Fer de lance des musiques électroniques dans l’Hexagone et bien au-delà depuis 25 ans, le Grenoblois est passé par le hardcore, la techno et l’électro avec une aisance déconcertante. Moins extravagant que sa moitié de scène Miss Kittin, The Hacker a le don de créer une ambiance sombre, tellurique et terriblement entraînante, entre électro et techno, comme il le fait aussi très bien dans ses nombreuses et éclectiques productions, essaimant sur de nombreux labels, de Goodlife à Zone notamment. (texte écrit par Rodolphe Pete)

Infos pratiques : Les Docks, 430 allée des Soupirs, Cahors. A partir de 22 h, 11 à 13 euros.

Pour plus d’informations, rendez-vous ici !

Samedi 27 janvier, Bambounou, Club Trax, Brest 

Ça va s’agiter furieusement sur le port de Brest avec la venue du talentueux Bambounou, digne représentante de la relève techno française, à l’instar de son compère François X avec qui il partage parfois les platines. Producteur également, sur les très recommandables labels Clekclekom et (feu) 50 Weapons, le jeune homme affiche déjà, du haut de ses 27 ans, un beau parcours parsemé de deux albums et de maxis remarqués, comme « Ignition » (remixé par Laurent Garnier) ou « Onto This ». Sa musique très chaleureuse et communicative ne peut que séduire un large public, sans la moindre concession inutile. (texte écrit par Rodolphe Pete)

Infos pratiques : la Suite, 9 rue Amiral Nielly, port de Brest. A partir de minuit, 11 ou 15 euros.

Pour plus d’informations, rendez-vous ici !

 Samedi 27 janvier, A Guy Called Gerard, I-Boat, Bordeaux

Attention ! Vrai événement, sans aucune exagération. Dans le cadre du festival Bordeaux Rock, il ne faut pas manquer le passage du légendaire A Guy Called Gerard (de son vrai nom Gerald Simpson), auteur du classique « Voodoo Ray », mais aussi, entre autres, de « Humanity » (si bien remixé par Ashley Beedle), « Groove of the ghetto » ou « Specific hate ». C’est tout un pan de l’histoire de la dance music, aux plus belles heures de l’acid house de Manchester, que le public est invité pour cette croisière qui s’annonce bien chaloupée. Gare aux tangages avec ce redoutable quinquagénaire… (texte écrit par Rodolphe Pete)


Infos pratiques : I-Boat, quai Armand Lalande, bassin à flot numéro 1, Bordeaux. De Minuit à 6 h. A partir de 14,49 euros.

Pour plus d’informations, rendez-vous ici !

Visuels : ©Affiche commerciales Facebook