L’actrice et romancière Anne Wiazemsky s’est éteinte

5 octobre 2017 Par
Guillaume Laguinier
| 0 commentaires

Anne Wiazemsky est décédée à l’âge de 70 ans et des suites d’un cancer, ce jeudi. Elle restera dans les mémoires comme l’une des comédiennes emblématiques de la Nouvelle Vague, notamment grâce à ses travaux auprès de son époux Jean-Luc Godard. En plus d’être une romancière à succès. 

annewiazemsky

Beaucoup se souviendront d’Anne Wiazemsky, il faut le reconnaître, comme la muse, et l’épouse, de Jean-Luc Godard. Il faut dire que l’actrice, et romancière, a marqué de son charme et de ses cheveux roux la Nouvelle Vague française. À 70 ans, Anne Wiazemsky s’est éteinte jeudi des suites d’un cancer pour lequel elle était hospitalisée. «Anne est morte ce matin. Elle était très malade» a annoncé son frère Pierre (le dessinateur Wiaz) à l’AFP.

Grâce à son amour, son admiration peut être, pour Jean-Luc Godard, Anne, la petite fille de  François Mauriac, s’émancipe de son milieu. Grâce à l’art, le cinéma et la littérature, elle s’émancipe de son amour.

Elle fait ses débuts sur grand écran grâce à Robert Bresson (Au hasard Balthazar (1966), séduit par l’inexpérience de la jeune actrice. Elle rencontre Godard sur le tournage qu’elle épousera et qui la fera tourner dans sept de ses films. Ensemble, le couple développe un caractère militant, épousant artistiquement les thèses soixante-huitardes dans le creuset des philosophies maoïstes chères au réalisateur.

Sur grand écran, Anne ne se contente pas d’être l’égérie de son mari. Elle fréquente les plateaux de tournage des grands noms de la Nouvelle Vague comme Philippe Garrel ou André Téchiné, voyage en Italie où elle obtiendra des rôles auprès de Pier Paolo Pasolini (ThéorèmePorcherie)…

De ces expériences, l’actrice va faire des romans: elle y raconte Godard, son Godard; une époque, leur époque. Récemment, Stacy Martin lui a prêté sa voix dans l’adaptation cinématographique D’un an après (son avant-dernier roman, publié en 2015) par Michel Hazanavicius. Le film, sorti le 13 septembre dernier, est toujours en salle. L’occasion de lui rendre hommage.

© Bomazi, libre de droit