Justin Timberlake, un roi sans couronne pour le Super Bowl ?

5 février 2018 Par
La Rédaction
| 0 commentaires

Comme chaque année, le Super Bowl a tenu en haleine des millions d’américains. Qu’est-ce que le Super Bowl? Signifiant littéralement « le super bol », cet événement sportif — où les boîtes de pubs se font une tonne d’argent — désigne la final de football américain, le sport phare de nos amis outre-atlantique.Ici, en France, les fans de ce sport sont sur Twitter et vous font bien savoir qu’ils veillent toute la nuit pour cet événement exceptionnel. Chacun a donc choisi son camp entre les Eagles (pas le groupe de musique, hein) de Philadelphie et les Patriots de la Nouvelle Angleterre. Pour vous la péter à la machine à café, pas besoin de connaitre les règles du football américain, contentez-vous de savoir que les Eagles ont gagné et parlez du show de Justin Timberlake.

Fanfare & co

Tout le monde l’attendait au tournant. C’est vrai que la dernière fois où Justin Timberlake a fait vibrer la scène du « Halftime Show » (concert de mi-temps), une institution aux États-Unis, les images avaient choqué plus d’un. On se rappelle du très controversé « Bet I’ll have you naked by the end of the song » (« Je parie que je te déshabillerais avant la fin de la chanson ») en 2004, suivi du dévoilement du téton de Janet Jackson. Lorsque JT a chanté les premières notes, remué son popotin pour la première fois, tous les commentateurs étaient en alerte. Que va-t-il faire? Faire mieux que les années précédentes? Va-t-il surpasser la prestation de Queen Beyoncé elle-même? Va-t-il réussir à faire oublier sa prestation de 2004 qui choqua l’ensemble de l’Amérique puritaine?

Après 15 minutes de show, un seul mot nous vient à l’esprit: « mouais ». On ne remet pas en cause la capacité de l’ex-membre des NSYNC ou de ses pas de danse. Mais c’est vrai que l’on est un chouïa déçu (et cela nous tue de l’avouer). On a eu le droit à une fanfare, un piano voix émouvant, presque too much, un hommage à Prince, et beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP de danses — du grand Justin Timberlake quoi. On a retracé l’ensemble de sa discographie: de Cry me a River à Mirrors, en passant par le groovy Sexy Back, ou encore son dernier single Filthy. C’est vrai que pour les fans de la première heure, cette prestation était un aller-retour pour le pays de la nostalgie! Beaucoup de choses promettuses donc, qui auraient dû nous faire danser de joie. Et pourtant, il manquait quelque chose. L’âme artistique du chanteur semble avoir disparu. À trop vouloir combler tout le monde, le Timberlake s’est perdu. Too bad!

Donia ISMAIL & Sarah DRAY

visuel : logo officiel