Hessie, l’inventrice du Survival Art, s’est éteinte

18 octobre 2017 Par
Guillaume Laguinier
| 0 commentaires

La galerie Arnaud Lefebvre, qui exposait les œuvres de Hessie, a annoncé le décès de celle ci mercredi 11 octobre. Elle travaillait principalement le textile, dans un style qu’elle baptisa elle même « Survival Art ».

younghessie

Rares sont ceux à connaître Carmen Igartua Pellot de son vrai nom. Nombreux sont, par contre, ceux à avoir pleuré sa disparition. Celle qui signait ses œuvres de son pseudonyme, Hessie, s’est éteinte le 11 octobre. C’est la galerie Arnaud Lefebvre, principale exposant de ses œuvres à Paris qui l’a annoncé.

Sa vie l’aura décidément menée aux quatre coins du globe, comme au début des années 60, où Hessie débarque en Amérique. Trentenaire, elle s’essaie au mannequinat, puis se dégoute de la peinture après quelques mauvaises expériences comme copiste. Au pays du rêve, à New-York, elle rencontre l’artiste Dado, l’amour de sa vie.

Le couple poursuit sa vie d’artiste, et part s’installer en France, dans le moulin d’Hérouval, en Normandie, transformé dès lors en atelier. On peut vite y croiser le monde bohème de l’époque, avide de rencontrer Dado qui jouit d’une certaine notoriété. Pendant ce temps, Hessie, en artiste autodidacte, travaille dans l’atelier qu’elle s’est confectionné et développe une forme d’art singulière qu’elle nommera le « Survival Art ». Ses jouets à elle: les tissus, les matériaux pauvres avec lesquels elle confectionne et met en matière ses idées.

Preuve s’il en faut de la modernité de cette artiste âgée, pourtant, de 81 ans, l’Abattoir de Toulouse, institution principale d’art moderne et contemporain de la ville rose lui consacre toujours une rétrospective.

© Maldjucolmric