La France perd sa virtuose de l’accordéon Yvette Horner

12 juin 2018 Par
Alexia Blick
| 0 commentaires

Yvette Horner a eu « une vie bien remplie » faite d’accordéon et de bonne humeur. C’est à 95 ans qu’elle est partie en laissant derrière elle, les souvenirs d’une carrière haute en couleurs. 

D’un roux flamboyant à la Vivienne Westwood ou Mylène Farmer, l’accordéoniste Yvette Horner s’est éteinte à l’âge de 95 ans, ce lundi 11 juin a annoncé son agent. Celle qui avait remporté la Coupe du monde d’accordéon en 1948 avait débuté la musique au conservatoire de Tarbes (Pyrénées), sa ville natale, qu’elle n’a eu de cesse d’aimer. 

Icône du bal musette

Yvette Horner dite « Vévette » aura vécu soixante-dix de carrière, mené 2000 concerts et réalisé 150 disques. Le chorégraphe Maurice Béjart, avec qui elle avait collaboré pour Casse – Noisette en 1999, l’a décrivait comme « à cheval entre le savant et le populaire », tant elle multipliait les styles musicaux allant du rock au jazz. Mais ce que la grande dame de l’accordéon préférait c’était les bals musettes. En 1950, elle fut la mascotte de la célèbre caravane du Tour de France, une expérience qu’elle réitérera une dizaine de fois, toujours avec un style inimitable. Ses mélodies joyeuses ont animé les thés dansants de toute la France. 

Egérie de mode 

Jean – Paul Gaultier avait conçu pour elle, la pochette de son dernier album « Yvette hors norme » sorti en 2012, ainsi que ses somptueux costumes de scène. En 1990, elle avait déjà fait ses preuves en tant que vedette d’une revue au Casino de Paris. Appréciée pour son style hors du commun et sa tendre musique, Yvette Horner avait participé à l’enregistrement de l’album « Bichon » de Julien Doré.