Disparition de Jean-Christophe Averty

7 mars 2017 Par
Bénédicte Gattère
| 0 commentaires

Le réalisateur et producteur Jean-Christophe Averty, grande figure de la radio et de la télévision françaises, s’est éteint ce samedi à Paris à l’âge de 88 ans. Tous ont salué son grand talent et son sens de l’avant-garde. Auteur, metteur en scène, réalisateur, producteur, il a fait figure de pionnier.

jean-christophe-averty

Ce géant de la radio et de la télévision avait derrière lui plus de cinquante ans de carrière à l’Office de Radiodiffusion Télévision Française (l’ORTF) où il a débuté sa carrière en 1952. Il a signé plus de 500 émissions à la télévision et animé pendant vingt-huit ans, l’émission radiophonique musicale mythique Les Cinglés du music-hall, d’abord sur France Inter puis sur France Culture, une émission très suivie.

Ayant un vrai sens de l’inventivité visuelle, il fut en outre un metteur en scène capable de réactualiser des classiques. Son esprit d’invention l’a amené en 1965 et en 1971 à proposer en tant que réalisateur et producteur des adaptations terriblement imaginatives d’Ubu Roi, sous forme de sketches surréalistes. Il a ainsi tenu le pari de parvenir à populariser de grands auteurs tel Alfred Jarry.

A l’inverse, il réussissait à transposer des trucages spécifiques de l’écriture télévisuelle au théâtre, ce qui était une gageure.  Dans On purge bébé , sa mise en scène de Feydeau lui a valu un vrai succès en 1991. Homme-orchestre de l’image animée, sous toutes ses formes, que ce soient des tableaux vivants comme au théâtre ou des émissions pensées avec une véritable écriture dramaturgique, il avouait avoir beaucoup puisé dans la bande-dessinée.

Il est également le premier à avoir proposé de réaliser des effets spéciaux pour la télévision. Plein d’humour, il savait faire participer de manière surprenante les invités de ses émissions, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous où il ne propose rien de moins que de faire sauter une famille entière « à saute mouton » dans un paysage complètement imaginé par lui.

On l’aura compris, Jean-Christophe Averty était un homme qui aimait l’expérimentation. C’est ainsi qu’il fut un précurseur en proposant des formes filmiques inusitées jusqu’alors. Il s’est associé à de grands noms de la chanson française comme Serge Gainsbourg, Gilles Bécaud ou Juliette Gréco et créa… le clip, rien de moins. C’est ainsi qu’il réalisa en 1968 le clip quasi surréaliste, L’Orange, pour Gilles Bécaud, qui est un bel exemple de réalisation vidéo, dont on peut encore s’inspirer !

Son utilisation de la vidéo était en même temps iconoclaste et superbement inventive. Ses compositions graphiques illustraient avec brio les chansons de variété et les musiques à la mode. On peut dire qu’il a su offrir à ses spectateurs une nouvelle façon de « regarder » de la musique : MTV n’avait en réalité plus rien à lui envier ! Une chose est sûre : des décennies après, il est unanimement reconnu comme une grande figure du petit écran. Il fait partie de ceux qui ont révolutionné le rapport des Français à la télévision dans les années 1960 et 1970.

Sa carrière reste donc une source d’inspiration quasi-inépuisable et le travail de ceIui qui fut avant toute chose un génial inventeur de formes visuelles et sonores a bénéficié de nombreux hommages ces dernières années. Le numéro 6 de la revue Initiales-ENSBA Lyon lui était entièrement consacré. Le film de Mireille Dumas diffusé le 3 février dernier sur France 3 rendait précisément hommage à ses réalisations. L‘Ina a mis en ligne les archives de Jean-Christophe Averty, afin de pouvoir visionner encore ces petites pétites télévisuelles et écouter ses créations radiophoniques.

Visuel : archives de l’Ina