Disparition de Georges Prêtre

6 janvier 2017 Par
Camille Thermes
| 0 commentaires

Une existence vouée toute entière à la musique s’est achevée ce mercredi 4 janvier. Le chef d’orchestre français mondialement connu George Prêtre est décédé à l’âge de 92 ans à Navès, dans le Tarn.

georges-pretre-1Né dans le Nord de la France d’un père bottier, George Prêtre découvre la passion qui l’animera toute sa vie à l’âge de 7 ans et demis, alors qu’il entend pour la première fois l’ouverture d’une symphonie. Il affirme que c’est cette première expérience qui lui a “donné un choc” : “j’ai su que je voulais être musicien”. Il entre alors à 15 ans au conservatoire de Douai (Nord), où il commence par apprendre le piano et la trompette. Mais c’est la direction qu’il finira par choisir, après avoir vécu ce qu’il décrit lui-même comme un “deuxième déclic” survenu alors qu’à 19 ans il se rendait pour la première fois à l’opéra. Déterminé, il rencontrera le chef d’orchestre André Cluytens, qui le convoque rapidement pour une audition, couronnée de succès. S’il certifie que “la direction d’orchestre ne s’apprend pas”, c’est en tout cas auprès des grands maîtres de la musique classique qu’il passera sa carrière.
vienneCette dernière, qui n’a jamais réellement pris fin (Georges Prêtre était encore programmé pour la Scala de Milan pour 2017), avait débuté à Marseille aux côtés de Jean Marny dont il a épousé la fille Gina, soprano. Disciple d’Olivier Messiaen, il était l’interprète préféré de Francis Poulenc (avec qui il a créé La Voix Humaine puis Gloria) et de la Callas, dont le portrait ornait toujours son piano. Il avait également collaboré avec le grand chef d’orchestre viennois Herbert von Karajan. George Prêtre est d’ailleurs à ce jour le seul chef français à avoir dirigé le prestigieux concert du Nouvel An de Vienne, en 2008 et 2010. Il faut dire qu’il avait passé plus d’une cinquantaine d’années à la tête de l’orchestre symphonique viennois en tant que chef invité, et que la Société des Amis de la Musique de Vienne l’a promu membre d’honneur pour ses 80 ans, aux côtés des grands noms d’Hector Berlioz et de Camille Saint-Saëns.
Mais on le retrouve également à la baguette d’ autres orchestres de renommée internationale à San Fransisco, New York, Londres ou encore à la Scala de Milan. Personnalité internationale, donc, il avait également été fait membre de la Légion d’Honneur en 2009.

Les hommages sont donc très nombreux dans le monde de la musique pour celui qui, aux côtés de Georges Boulez, est reconnu comme le meilleur chef d’orchestre français du XXème siècle. La Société Philarmonique de Vienne se dit « endeuillée », et le directeur actuel de la Scala de Milan a annoncé que « Le théâtre a perdu l’un des chefs qui a façonné son histoire ». Hier soir, France Musique notamment rediffusait l’un de ses concerts avec la Callas, donné au Théâtre des Champs-Élysées en 1963.
La cérémonie religieuse donnée pour George Prêtre, silencieuse, à la demande du chef lui-même, aura lieu samedi à Navès.

 

Visuel: © Filarmonica della scala

© Résidence de l’orchestre Philarmonique de Vienne

© Concert du Nouvel An à Vienne en 2008