Découverte d’un village canadien dix mille ans plus vieux que les pyramides d’Egypte

4 janvier 2018 Par
Stacie Arena
| 0 commentaires

C’est après six ans de fouille que Jim Stafford, John Maxwell et Elroy White ont enfin eu l’âge des objets trouvés dans la fameuse Île de Triquet. Dans l’intention de vérifier la véracité des récits qui ont accompagné l’histoire de cette ville, une équipe formée de trois archéologues a décidé d’explorer les lieux, et c’est avec stupéfaction que les experts ont estimé la datation de ces objets à quatorze mille ans. 

Les premières fouilles ont débutées en 2011 avec une révélation qui donnait déjà le ton. La présence d’une « corniche de cinq mètres de haut faite de restes de coquillages et de squelettes d’animaux » avait été dénichée par une équipe de chercheurs canadiens de l’Institut Hakai. La date était estimée cette fois ci, à six mille ans d’ancienneté.

Ces vestiges viennent confirmer l’existence du peuplement de l’Amérique du Nord par la plus ancienne des civilisations de la côte ouest américaine : la tribu colombienne-britannique Heiltsuk.

Île de Triquet - Hakaï Institute

Île de Triquet – Hakai Institute

Après six ans de fouilles intenses, l’équipe finit par y trouver des squelettes de poissons et de mammifères marins. Ils ont également mis la main sur des outils en bois qui s’apparentent à des projectiles, des pointes de lances ou encore des outils pour la pêche ou pour faire du feu.

L’équipe du Hakai Institute ont ensuite effectué des test au Carbone 14 et c’est la surprise générale dans le laboratoire : les objets datent de quatorze mille ans. Alicia Gauvreau, étudiante de l’université de Victoria et membre de l’équipe de recherche se souvient :  » Je me souviens du jour où nous avons obtenu les résultats sur la datation des objets et nous nous sommes assis là, choqués, en nous disant… Bon sang c’est vieux ! « 

Depuis le début des années 1930, la question du peuplement de l’Amérique du Nord pose question. Comment se sont-ils rendus sur ce continent ? Ce qu’on appelle « le modèle de Clovis« , considère que ces hommes sont partis de Sibérie et ont traversé le détroit de Bering en empruntant ces terres alors asséchées. Mais ces trouvailles viennent bouleverser ces théories. Au vu des objets trouvés, ce peuple nomade était bel et bien capable de voyager en bateau ! Alice Gauvreau rajoute : « En analysant ce site, il apparait évident que ces personnes étaient des chasseurs de mammifères marins ».

Au delà de l’Histoire du peuplement de l’Amérique du Nord, ces trouvailles permettent d’apporter un nouvel argument à la nation Heiltsuk pour récupérer le droit à leur terres en Colombie-Britannique au Canada. « De penser que cette histoire a survécu tout ce temps pour être maintenant confirmée par l’archéologie, c’est juste génial ! » déclarait William Housty, porte-parole de la nation Heiltsuk à CBC Canada.

7e9d0562a77f8f98d19e50fde83c79c9

Visuel : ©Pinterest