Bernard Tapie, l’homme aux milles facettes

20 février 2018 Par
Alexia Blick
| 0 commentaires

Atteint d’un cancer de l’estomac, Bernard Tapie qui a exercé plusieurs métiers et a connu une vie riche en rebondissements, garde espoir.

16445085116_568c0032f2_b

« Je veux y croire comme un fou, je le prends comme une épreuve supplémentaire » a récemment déclaré Bernard Tapie au micro d’Itélé, concernant son cancer de l’estomac qui le ronge depuis 2017. Même malade, l’ancien propriétaire de l’Olympique de Marseille n’a pas perdu de sa gouaille légendaire. « Tu as des joueurs qui vivent que pour eux, tu en as d’autres qui ne parlent pas avec les autres, tu as l’entraîneur qui n’a pas d’autorité… Mais qu’est-ce que c’est que ce cirque ? ». Mais Bernard Tapie, ce n’est pas qu’un franc parlé, c’est aussi une carrière d’artiste longue comme le bras.

En 1996, exclu de toutes activités politiques et sportives, il se lance dans une carrière d’acteur. Le film Hommes, femmes, mode d’emploi est signé Claude Lelouch et le synopsis fait plus ou moins écho à la vie de Bernard Tapie. Il enchainera ensuite dans les années qui suivent, quelques téléfilms. Outre sa carrière à l’écran, Tapie goute aussi à la scène dans les années 2000, où il joue dans Vol au-dessus d’un nid de coucou, qui aura un immense succès auprès de la critique. C’est dans la pièce Oscar qu’il s’épanouie le plus, puisqu’il écrit une partie des textes et fait même jouer sa fille, Sophie. Une fille dont il est très proche et qui n’a pas hésité à apporter son soutien à son père en publiant une photo Instagram, accompagnée d’un message d’encouragement.

L’ancien député n’a jamais perdu espoir et a toujours su rebondir face aux différentes épreuves de sa vie. En 1998, il enregistre un single avec le rappeur Doc Gynéco « C’est beau la vie ». La même année il sort son livre Librement, entamé lors de son séjour en prison en 1997.

Même si Bernard Tapie a souvent « craché » sur le monde journalistique, en insultant Patrick Cohen sur France Inter « Plus ça vous emmerde, plus ça me fait plaisir » ou encore Bruce Toussaint sur Europe 1 « Je vous emmerde ». Il s’est tout de même essayé à la carrière d’animateur mais dans le monde du sport bien évidemment.

Visuel : © Image libre de droit.