L’Eau Vive : les Avignonnais se mobilisent pour sauver leur librairie

11 avril 2017 Par
Alice Dubois
| 0 commentaires

Installée au coeur du centre historique de la ville d’Avignon depuis bientôt quarante ans, la librairie L’Eau Vive est la seule librairie indépendante spécialisée Jeunesse du Vaucluse. Une institution à laquelle sont très attachés les habitants, qui pour beaucoup ont grandi avec. Acculées par des créances de plus en plus lourdes, les deux co-gérantes ont vu les citoyens se mobiliser dans un grand élan de solidarité pour que ce haut lieu de la vie culturelle avignonnaise ne ferme pas ses portes.

Dominique Bastide et Amandine Lévêque, Co-gérantes de la librairie L’Eau Vive – Avignon © Alice Dubois / TLC

Voilà plus d’une semaine qu’Amandine Lévêque et Dominique Bastide ont lancé leur campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule dans l’espoir de trouver un ultime soutien financier avant la catastrophe. Une démarche qui n’a pas été facile pour ces deux libraires. « On n’était pas très sûres d’avoir envie de la faire. Ce n’est pas évident, c’est un pas à sauter de se dire qu’on est en grave difficulté et qu’on va demander de l’aide. Ce n’était pas facile à reconnaître… ».

Tout dégringole en 2014 lorsque les libraires perdent le marché des bibliothèques de la Ville, l’appel d’offres étant remporté par une grande librairie lyonnaise. Un comble pour Dominique Bastide qui reconnaît que même si rien n’est acquis, la nouvelle a été « difficile à avaler » car ce marché représentait 20% de leur chiffre d’affaire. Un coup dur qui arrive au mauvais moment puisque c’est quelques mois auparavant que l’équipe inaugurait L’Eau Vive des tout-petits, une annexe dédiée aux 0-3 ans. Face aux difficultés qui s’accumulent, la banque décide de ne pas les soutenir et leur supprime leur autorisation de découvert.

Au-delà de la perte de ce contrat, L’Eau Vive souffre aussi des difficultés qui concernent une grande partie des commerçants du centre-ville d’Avignon. Un phénomène de désertification qui touche de plus en plus de petites et moyennes agglomérations, au profit des centres commerciaux alentours et des mastodontes installés en zones commerciales. « Ce début d’année a été très difficile », avoue Dominique Bastide, malgré un marché du livre stationnaire.

« On était hier à une association de commerçants et on se rend compte que tout le monde a envie de faire bouger les choses, il y a plein d’idées, plein d’envies ».

Du côté de la Mairie, pas de réaction pour le moment. Mais la campagne qui bat son plein fait beaucoup parler d’elle. En trois jours, près d’un quart de la somme recherchée avait déjà été collectée. Aujourd’hui, à 31 jours de la fin de la campagne, déjà plus de 30 000 ont été récoltés sur les 55000 du premier palier. « Un premier palier qui nous permettrait de passer les deux années à venir, deux années de prêt qu’il nous reste à rembourser suite au rachat de la librairie », précise Amandine Lévêque, qui envisage aussi l’avenir sur le plus long terme : « Le deuxième palier nous permettrait de mettre en place plein de nouvelles choses pour la librairie, plus d’ateliers, plus de rencontres car nous avons plein d’envies…On pourrait investir aussi, peut-être installer un système de chauffage par exemple ! »

eauvive

Le slameur Dizzylez en concert de soutien à L’Eau Vive © L’Eau Vive

« Un souvenir fort dans la mémoire de ceux qui sont aujourd’hui les parents. »

Surprises par les messages de soutien qui fleurissent partout sur la toile, l’équipe n’en revient toujours pas. « Les gens nous disent beaucoup que L’Eau Vive est une institution, que le lieu a une âme, du sens, des valeurs, qu’on ne peut pas fermer. Ils connaissent le lieu depuis qu’ils sont enfants ! Cette impulsion nous fait vraiment chaud au cœur ». Émues pas la vraie responsabilisation des Avignonnais qui ne cessent de se succéder à l’Eau vive pour y faire leurs achats, Amandine Lévêque et Dominique Bastide saluent ce bel exemple de mobilisation citoyenne et espèrent atteindre leurs objectifs avant la fin.

Pour découvrir et soutenir la campagne de financement de L’Eau Vive, cliquer ici.