Ahae : l’artiste et mécène fugitif des autorités mondiales est mort

23 juillet 2014 Par Carlos Dominguez-Lloret | 0 commentaires

Le photographe Ahae qui a exposé notamment à Versailles et au Louvre, mais qui a été aussi le propriétaire du ferry qui a coulé le 16 avril causant la mort de 300 personnes en Corée, a été retrouvé mort dans un verger au sud de Séoul.

Korean_Ferry_Sewol_Capsized,_2014Le corps de Yoo Byung-eun, connu en France sous le nom d’Ahae, a été découvert le 12 juin au sud de la capitale coréenne, mais les autorités ont pris beaucoup de temps pour identifier le cadavre. Les causes de son décès restent inconnues.

En 2012 une gigantesque campagne publicitaire a annoncé l’exposition du photographe au Louvre. L’exposition d’Ahae intitulée « De ma Fenêtre » qui a duré tout le mois de juillet dans le jardin des Tuileries a réuni 200 photographies de paysages et d’animaux sauvages que le photographe a tiré depuis la fenêtre de son studio à la campagne au sud de Séoul. Selon L’Expansion, l’un des meilleurs lanceurs d’alerte sur le marché de l’art, Bernard Hasquenoph, a mit la puce à l’oreille. Hasquenoph a traqué le photographe sur internet et il a découvert que Ahae et l’homme d’affaires Yoo Byung-eun ont été la même personne.

Yoo Byung-eun, âgé de 73 ans, a été recherché par toutes les polices de la planète pour son implication dans le naufrage du Sewol, au large des côtes sud-coréennes. Il faut se rappeler que tel scandale a même entraîné la démission du premier ministre de la Corée. Byung-eun a été aussi recherché pour évasion fiscale et détournement de fonds.

Selon L’Expansion, le « milliardaire sans visage », sous le pseudonyme d’Ahae, a été aussi l’un des mécènes les plus généreux de la scène artistique française. En 2012, le milliardaire a versé 1,1 million d’euros au fonds de donation du Louvre et à Versailles pour la restauration du bosquet du théâtre d’eau. Son nom apparait sur la liste des donateurs du Louvre sur les murs en marbre de la rotonde de Mars.

Visuel © Sam Sailor


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *